Main menu

Accompagnement en cas de retour volontaire

LE RETOUR VOLONTAIRE

Le retour volontaire constitue l’un des éléments de la gestion des flux migratoires. Il consiste en l’accompagnement des migrants qui résident (régulièrement ou irrégulièrement) sur le territoire et qui ont pour projet le retour dans leur pays d’origine.

 

Les raisons qui poussent les migrants à envisager le retour sont diverses ; s’il peut éventuellement s’agir d’un simple souhait de retourner dans le pays d’origine après une longue absence, les raisons les plus fréquentes sont plutôt une contrainte administrative (demande d’asile déboutée, menace d’expulsion, etc.) ou des facteurs économiques et sociaux (pauvreté, chômage, etc.). Ces dernières deviennent d’autant plus importantes avec la crise que traversent actuellement les pays européens.

 

Or, les politiques favorisant le retour volontaire et la réinsertion durable des ressortissants des pays tiers ne sont pas suffisamment développées. D’une part, le lien entre migration et développement n’est pas suffisamment exploré et, d’autre part, les parties prenantes (autorités et associations dans les pays de départ et dans les pays d’origine) ne disposent pas de méthodologie partagée en la matière. Ce constat s’applique également en France. La politique de retour volontaire étant exclusivement gérée par l’Office français de l’immigration et de l’intégration, les associations ne disposent que de très peu d’informations sur la méthodologie employée et l’efficacité de cette politique, ce qui est un frein à l’orientation des personnes vers ce type de projet.

 

Pour combler ces lacunes, plusieurs réseaux associatifs internationaux se sont constitués pour mieux explorer cette problématique. Depuis 2011, France terre d’asile a élargi son champ de compétence au retour volontaire et à la réinsertion. Dans ce cadre, France terre d’asile était partenaire de deux projets soutenus par la Commission européenne et terminés le 31 décembre 2013. Les deux projets ont permis à France terre d’asile de développer une connaissance plus approfondie en matière d’accompagnement au retour volontaire. Dans le cadre des projets, des parcours de réintégration ont été mise en œuvre et une méthodologie d’accompagnement a été élaborée. Les projets ont également permis d’organiser des réunions d’échange sur le thème du retour volontaire avec des associations dites « communautaires » en France. Forte de cette expérience, France terre d’asile poursuit son travail de plaidoyer tendant à favoriser la réintégration des migrants retournés dans leurs pays d’origine. Par ailleurs, France terre d’asile a adhéré au réseau ERSO, un réseau transnational européen d’associations travaillant sur le retour volontaire.

 

Le projet ERSO, accompagner le retour dans le pays d’origine (2011-2013)

Initié en 2011, le projet ERSO III avait pour objectif d’assurer un accompagnement social aux migrants de nationalité marocaine, togolaise, sénégalaise, camerounaise ou sierra-léonaise dans leur pays d’origine après l’arrivée et ainsi de renforcer le lien entre migration et développement, notamment en favorisant la réintégration sociale et professionnelle des personnes ayant migré en Europe et étant retournées volontairement dans leur pays d’origine. Ce projet était cofinancé par EuropAid dans le cadre du programme thématique de coopération avec les pays tiers dans le domaine des migrations et de l’asile. Pour plus d’informations, visitez le site Internet du projet : www.erso-project.eu.

 

Le projet RN LATAM II, un réseau sud-américain pour un programme de retour efficace et durable favorisant la réinsertion économique (2012-2013)

Le projet RN LATAM II a fait suite au projet RN Latam I qui a pris fin en août 2009. Ce projet a permis de mettre en place un réseau d’organisations en Amérique latine d’accueil et d’accompagnement des migrants retournés dans ces pays à partir de l’Europe. RN Latam II a permis de consolider et renforcer le partenariat entre les organisations européennes et latino-américaines et permettre l’élaboration de stratégies communes en matière de réinsertion dans le pays d’origine. Les partenaires ont mis en place un protocole commun pour le processus de réinsertion visant à mieux adapter l’accompagnement et à promouvoir le partenariat et des standards communs auprès des autorités et des acteurs impliqués. Le projet a ainsi permis le développement d’une méthodologie commune et abouti à la publication d’un guide méthodologique pratique d’accompagnement au retour et à la réinsertion économique à destination des professionnels accompagnant des migrants retournant dans leur pays d’origine dans le cadre des programmes de retour volontaire.

Pour plus d’informations, vous pourrez vous rendre sur le site de l’Office français de l’immigration et de l’intégration (www.ofii.fr).