Main menu

jeune afrique 2 412018

Plus de 15 000 migrants ayant tenté sans succès et au risque de leur vie de traverser la Méditerranée pour atteindre l'Europe ont été rapatriés de Libye vers leurs pays d'origine depuis le début de l'année, a annoncé vendredi 23 novembre l'Organisation internationale des migrations (OIM).

 

Ces personnes sont originaires de 32 pays d’Asie et d’Afrique, selon l’OIM.  « Depuis début 2018, plus de 15 000 migrants ont été en mesure de rentrer chez eux grâce aux programmes de retour volontaire » avec le soutien du Fonds fiduciaire de l’Union européenne pour l’Afrique, a indiqué le bureau de l’OIM en Libye dans un bref communiqué.

Plus de 15 000 migrants ayant tenté sans succès et au risque de leur vie de traverser la Méditerranée pour atteindre l'Europe ont été rapatriés de Libye vers leurs pays d'origine depuis le début de l'année, a annoncé vendredi 23 novembre l'Organisation internationale des migrations (OIM).

Ces personnes sont originaires de 32 pays d’Asie et d’Afrique, selon l’OIM.  « Depuis début 2018, plus de 15 000 migrants ont été en mesure de rentrer chez eux grâce aux programmes de retour volontaire » avec le soutien du Fonds fiduciaire de l’Union européenne pour l’Afrique, a indiqué le bureau de l’OIM en Libye dans un bref communiqué.

 

Les passeurs profitent du chaos dans le pays

L’organisation met sur ses comptes Facebook et Twitter un numéro de téléphone à la disposition des « migrants en détresse en Libye et qui souhaitent rentrer dans leur pays d’origine ». Du temps de Mouammar Kadhafi renversé et tué en 2011, des milliers de migrants transitaient à travers les frontières sud de la Libye, longues de 5 000 km, notamment pour tenter la traversée de la Méditerranée vers l’Europe.  Depuis 2011, la situation a empiré, les passeurs profitant du chaos dans le pays pour envoyer chaque année des dizaines de milliers de migrants à destination de l’Italie située à 300 kilomètres des côtes libyennes.


Près de 20 000 migrants rapatrié en 2017 par l’OIM

De nombreux migrants, interceptés ou sauvés en mer, se retrouvent dans des centres de rétention dans des conditions difficiles et optent pour le rapatriement. De nombreuses organisations internationales, dont le Haut-commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR), déplorent régulièrement les mauvais traitements subis par les migrants en Libye. En 2017, l’OIM a rapatrié près de 20 000 migrants et souhaiterait porter ce chiffre à 30 000 en 2018 dans le cadre de son programme de « retour volontaire ». Cette organisation avait accéléré le rythme des départs fin 2017, après le scandale déclenché par la diffusion en novembre d’un documentaire de la chaîne américaine CNN montrant des migrants africains vendus comme esclaves près de Tripoli.

 

Jeune Afrique par l'AFP, le 24 novembre 2018

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir