Main menu

Pour l'Onu, stigmatiser les réfugiés en Europe est « très dangeux »

ouest france

Stigmatiser les réfugiés en Europe, en raison d'agressions commises par un nombre infime d'entre eux, est « très dangereux » car l'« écrasante majorité » ne se fait pas remarquer, a mis en garde lundi 10 septembre un responsable des Nations Unies. Des propos qui surviennent après des manifestations en Allemagne.

« Les demandeurs d'asile et les réfugiés, dans leur écrasante majorité, ne commettent pas de crimes. Ainsi, les stigmatiser parce que l'un d'entre eux a commis un crime est très dangereux », a déclaré le Haut commissaire des Nations unies pour les réfugiés (UNHCR), Filippo Grandi, devant la presse.

Rien ne justifie de « blâmer une communauté entière pour quelque chose qui a été commis par une seule personne », a poursuivi le Haut Commissaire, en se déclarant « inquiet » que des incidents violents impliquant des réfugiés et des demandeurs d'asile fassent souvent l'objet de « manipulations (...) à des fins politiques ».

« J'invite instamment les gouvernements des pays où ces choses peuvent se produire ou sont rendues publiques à gérer ces questions avec une grande prudence, car ils pourraient exposer des communautés vulnérables à des représailles conséquentes », a poursuivi le Haut commissaire.


« Vulnérables aux discriminations »

Les communautés de réfugiés, a-t-il insisté, « sont particulièrement vulnérables aux discriminations ».

Filippo Grandi a voulu tout de suite écarter toute ambiguïté. « Si une personne qui est soit un demandeur d'asile, soit un réfugié commet des crimes, cette personne doit en répondre entièrement devant la loi ».

Le Haut commissaire s'exprimait dans le contexte des manifestations de l'extrême droite dimanche à Köthen, dans l'est de l'Allemagne, après la mort d'un jeune homme dans une rixe avec deux suspects afghans. Cette mobilisation fait craindre aux autorités une répétition de Chemnitz, également dans l'ex-RDA, où un homme de 35 ans est mort des suites de coups de couteau qu'auraient perpétrés, selon la police, des demandeurs d'asile irakien et syrien.

Egalement dimanche, sept personnes ont été blessées à Paris par un homme a priori de nationalité afghane munie d'une arme blanche et d'une barre de fer. Le mois dernier, un jeune demandeur d'asile afghan ivre, a poignardé quatre personnes, dont une grièvement, à Périgueux (sud-ouest de la France). Deux Américains ont été blessés le mois dernier au couteau dans la gare centrale d'Amsterdam par un jeune Afghan.

Ouest France, le 10 septembre 2018.