Main menu

Communiqué : Des mesures pour l’intégration qui doivent être suivies d’effets

ftda av site 2c petit

 

Paris, le 23 février 2018,

 

France terre d’asile salue le rapport remis cette semaine par le député Aurélien Taché au Premier ministre pour une réforme de la politique d’intégration.

Ce rapport a le mérite de ne pas céder à la tentation du spectaculaire, mais de se fonder sur une évaluation méthodique de ce qui a été fait, ou pas fait, jusqu’ici. En ce qui concerne les réfugiés, ses propositions, pragmatiques, reflètent les mesures que nous préconisons, parfois de longue date. Centré sur les primo-arrivants, il marque une attention, que nous savons justifiée, aux enjeux des premiers mois du parcours d’intégration en France.

Nous nous reconnaissons aussi dans la recommandation d’une approche globale. Nous relevons l’analyse, précise et lucide, des parties prenantes nécessaires d’une politique active de l’intégration, en particulier de l’administration de l’État, de son fonctionnement et de ses moyens, au niveau local comme au niveau central. Elle conduit Aurélien Taché à proposer que le pilotage de cette politique soit renforcé, et confié à une instance dédiée.

Un certain nombre de propositions relèvent tout simplement du bon sens, telles que l’augmentation des heures de cours de langue, le bilan de compétences ou l’ouverture de la Garantie jeunes le plus tôt possible pour les réfugiés de moins de 25 ans, mais nécessitent aussi de mobiliser les moyens nécessaires.

D’autres propositions présentées sont encore à creuser, comme l’ouverture des professions règlementées aux non nationaux. Certaines enfin nécessitent une modification législative, comme proposer des cours de français dès la demande d’asile ou autoriser les demandeurs d’asile à travailler, sous certaines conditions, six mois après l’enregistrement de la demande d’asile. Nous serons donc attentifs à ce que ces propositions soient incluses dans la loi Immigration - Asile.

Renforcer l’engagement citoyen ne peut que rencontrer notre assentiment. Il s’agit d’une mesure que nous mettons déjà en œuvre depuis plusieurs années à travers le réseau de parrainage de France terre d’asile, « Duos de demain », et des actions de nos équipes et bénévoles. Les nombreuses initiatives qui existent déjà partout en France attestent de l’engagement déjà si fort de nos concitoyens.

Il faut se donner les moyens de nos ambitions, et mener une véritable politique publique d’intégration. Car si l’asile est un droit, l’intégration est notre devoir.

 

Thierry Le Roy, Président de France terre d’asile, Pierre Henry, Directeur général de France terre d’asile