Main menu

Manifeste pour une protection effective des droits des mineurs isolés étrangers en France

La CIDE, adoptée par les Nations unies en 1989 et ratifiée par la France en 1990, énonce que « dans toutes les décisions qui concernent les enfants, qu’elles soient le fait des institutions publiques ou privées de protection sociale, des tribunaux, des autorités administratives ou des organes législatifs, l’intérêt supérieur de l’enfant doit être une considération primordiale » (article 3).

Pourtant, et malgré les efforts effectués en faveur des droits des MIE en France, il reste de nombreux sujets de préoccupation, que nous souhaitons rappeler à travers ces positions.

Nous plaidons ainsi pour un accueil sans discrimination des MIE, en leur donnant un niveau de vie suffisant grâce, notamment, à une assistance matérielle adaptée. L’accès aux soins de santé et à l’éducation, ainsi que le libre exercice de leurs droits et de leur liberté d’expression, doivent être garantis. Il est également primordial que les plus vulnérables d’entre eux, comme les victimes de traite, soient correctement identifiés et protégés, et que la France proscrive définitivement l’enfermement de tous les enfants. Enfin, France terre d’asile milite pour une approche européenne commune de la protection des MIE, via une harmonisation des statistiques, politiques et législations, ainsi qu’en permettant aux MIE de bénéficier des voies de migration légales en Europe.

 

Pour découvrir notre manifeste et les 21 positions sur la protection des mineurs isolés étrangers, cliquez sur ce lien

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir