Main menu

Projet de loi Immigration – asile : "Le chaos va continuer" juge Pierre Henry sur RTL

rtl logo

 

INVITÉ - Le projet de loi asile et immigration sera débattu cette semaine à l'Assemblée, un texte que Pierre Henry, directeur général de l'association France terre d'asile, juge inutile.

 

Le projet de loi pour une "immigration maîtrisée et un droit d’asile effectif" arrive ce lundi 16 avril en débat dans l’hémicycle. La réduction du délai d'examen des demandes d'asile à 6 mois maximum, contre 11 en moyenne aujourd'hui, est notamment une mesure phare du texte.

Pour Pierre Henry, directeur général de l'association France terre d'asile, cette mesure fait "consensus parmi l'ensemble des acteurs de l'asile (...) Donner une réponse en 6 mois est un objectif raisonnable" Mais Pierre Henry rappele que réduire les délais "ne doit pas réduire la qualité d'examen des dossiers, ce qui demande des moyens supplémentaires à l'Office français de protection des réfugiés et apatrides, à l'Office de l'immigration et dans les associations qui les accompagnent".

Si le directeur de France terre d'asile salue l'augmentation du budget de l'asile, il le trouve insuffisant "pour répondre au véritable défi, celui du premier accueil" soulignant que chaque jour en France, des milliers de réfugiés dorment à la rue. "Ce projet de loi ne pense pas le premier accueil, ne l'organise pas, donc nous allons continuer à avoir un certain désordre, des images de chaos", déclare-t-il.

 

La France "n'anticipe pas"

Pourtant, selon Pierre Henry, il est possible de faire autrement car il y a "une décorrélation entre l'accès à la procédure d'asile et l'hébergement". Et le directeur de prendre l'exemple de l'Allemagne qui a "accueilli dix fois plus de migrants et de demandeurs d'asile que nous" mais où "personne ne reste à la rue". Selon lui, c'est parce que la France "n'anticipe pas" et ne veut pas régler le problème du premier accueil qu'elle n'y parvient pas. Reçu à Matignon, il estime ne pas avoir été entendu.

Pierre Henry souligne par ailleurs que "c'est la seizième loi sur l'asile et l'immigration depuis 1980 qui va être votée probablement en première lecture à l'Assemblée nationale" déplorant qu'en France "on n'évalue pas les effets de la loi précédente avant d'en voter une nouvelle". Ces éléments le font ainsi "douter franchement" de l'utilité de cette loi.

 

RTL, le 16/04/2018