Main menu

B.Obama veut avancer sur la réforme de l'immigration

reutersfrance

Barack Obama veut faire aboutir rapidement son projet de vaste réforme de l'immigration qui prévoit la possibilité de demander la nationalité américaine pour une grande partie des 11 millions d'étrangers en situation irrégulière présents aux Etats-Unis, rapporte le New York Times dimanche.

Le président des Etats-Unis veut faire avancer son plan sans attendre d'avoir réglé avec le Congrès les deux dossiers importants des questions budgétaires et du contrôle des armes, souligne le quotidien. Le chef de l'Etat pourrait présenter ses idées lors du traditionnel discours sur l'état de l'Union, prévu le 12 février, précise le NY Times, qui a interrogé des élus et des responsables de l'administration Obama.

Le NY Times précise qu'un groupe bipartisan de sénateurs mené par le démocrate Charles Schumer (New York) et le républicain Lindsey Graham (Caroline du Sud), souhaite présenter un texte d'ensemble au mois de mars et espère un vote en août.

Les électeurs d'origine hispanique ont contribué à la réélection de Barack Obama en novembre et les républicains ont pris conscience de l'importance de cette partie de l'électorat.

Le président a fait de la réforme de l'immigration une des grandes promesses de son second mandat. Il avait indiqué en novembre après sa réélection qu'un projet de loi pourrait être présenté au Congrès peu après son investiture officielle en janvier.

"Nous réfléchissons encore; aucune décision définitive n'a été prise. En conséquence, il serait prématuré de spéculer. Les informations disant le contraire sont inexactes" a déclaré dimanche à Reuters un haut responsable du gouvernement.

Selon le New York Times, la réforme de l'immigration prévoirait la possibilité de demander la nationalité américaine.

Avec la réforme, les entreprises devront vérifier que les employés qu'elles embauchent se trouvent légalement aux Etats-Unis. Un programme spécial à destination des bas salaires pourrait être créé.

Les immigrants hautement diplômés pourraient être autorisés à rester dans le pays.
"C'est si important maintenant pour les deux partis que ni le mur budgétaire, ni la question des armes, ne seront une entrave sur le chemin", a déclaré Charles Schumer au Times.

Le sénateur Marco Rubio (Floride), présenté comme un des prochains candidats républicains à la présidence, travaille aussi sur le sujet. Il propose de procéder par étape, plutôt que de présenter un texte d'ensemble.

Le maire de Los Angeles, Antonio Villaraigosa, personnalité montante du Parti démocrate, doit s'exprimer sur le sujet lundi à Washington.

"On ne peut pas le faire par étape et il n'est pas possible d'avoir des citoyens de seconde zone. Il faut que ce soit le chemin vers la pleine nationalité", a déclaré Antonio Villaraigosa dimanche sur la chaîne de télévision CBS.

Reuters France, 13/01/2013