Main menu

Jeune, éduqué, vulnérable… portrait-robot du migrant au Niger

le monde

Les données recueillies par les camps de transit au Niger, qui veulent promouvoir des « alternatives à la migration », permettent de mieux cerner le profil des migrants.


Après le verrouillage de la route migratoire des Balkans, les Européens veulent s’atteler au casse-tête de l’axe de la Méditerranée centrale. Parmi les propositions mises sur la table par la Commission européenne, des centres de « transit » chargés de retenir les migrants avant qu’ils n’entament la traversée vers l’Europe.

Une solution qu’on retrouvait dans le programme d’Emmanuel Macron :

    « Nous développerons des actions et des projets dans les principaux pays de départ et de transit des migrants, de manière complémentaire et additionnelle à notre aide au développement, en appuyant également l’installation de points de contrôle dans ces pays avant l’arrivée dans l’UE, l’aide à la lutte contre les passeurs et le retour des migrants non autorisés à entrer dans l’UE. »

Les cinq premiers ont été ouverts en 2015, sous l’égide de l’Union européenne et de l’Organisation internationale pour les migrations (OIM), au Niger, l’un des grands points de passage de l’Afrique vers l’Europe, via la Libye notamment.


Limiter l’immigration économique

Concrètement, il s’agit de centres ouverts (les migrants n’y sont pas détenus et peuvent en partir dès qu’ils le souhaitent) offrant abri, nourriture et assistance médicale, mais aussi de l’aide pour revenir dans leur pays d’origine et des formations pour trouver un travail et sortir ainsi de la problématique de l’immigration économique.

C’est en tout cas l’ambition des Européens… car, en réalité, comme le laisse apparaître le dernier bilan de l’OIM publié sur son site en juin, seules quelques centaines de personnes ont bénéficié de formations (600 en 2016 environ) sur les plus de 9 000 migrants de pays tiers accueillis dans les cinq centres de l’OIM au Niger depuis 2015.

Par ailleurs, les personnes qui sont acceptées dans ces centres sont obligatoirement des candidats au retour ; les centres ne voient donc pas passer l’essentiel des mouvements migratoires. Plus de 40 000 personnes, sur le seul premier trimestre 2017, ont tenté la traversée depuis l’Afrique jusqu’aux rives européennes. L’Union européenne elle-même compte près de 9 millions de migrants africains, selon l’agence européenne de surveillance des frontières, Frontex.


Des migrants éduqués et jeunes

Reste que les informations glanées sur les migrants dans le cadre de l’action de l’OIM permettent de brosser à grands traits le portrait d’une partie des migrants africains. Le Sénégal, la Gambie et la Guinée-Conakry constituent plus de la moitié des pays d’origine des migrants accueillis dans les centres nigériens.

Les pays d’Afrique de l’Ouest sont d’autant plus représentés dans les statistiques que le Niger se trouve sur la route dite, dans le vocabulaire de Frontex, « de l’Ouest méditerranéen ». Cette immigration, contrairement à d’autres pays africains, est essentiellement économique, comme en témoignent les intentions des migrants « profilés » par l’OIM.
Les motifs économiques sont les plus largement avancés par les migrants qui transitent au Niger
Mariage, insécurité, discrimination et persécution ne sont cités que de façon marginale dans les réponses aux questionnaires des centres d'information sur l'immigration de l'OIM.

Sur la totalité des migrants que voient passer les centres nigériens, 92 % sont des hommes et 8 % des femmes. Dont 86 % d’hommes entre 18 et 59 ans ; dans la même tranche d’âge, les femmes représentent 5 % du total. Entre 6 et 17 ans, les filles ne représentent que 2 % des effectifs de migrants contre 4 % de garçons.


10 % des migrants ont atteint le supérieur

Comme l’indiquaient déjà d’autres statistiques, les migrants sont éduqués : près de la moitié des migrants ont un niveau d’éducation du secondaire (47 %) et 10 % ont atteint le supérieur ; seuls 23 % n’ont fait aucune étude, 20 % se sont arrêtés au primaire.

Certes, « le taux de diplômés du supérieur est bien moindre sur le continent africain qu’en France », mais « pour quitter l’Afrique, il faut désormais bénéficier d’un certain niveau de capital économique, social et intellectuel », expliquait ainsi Mathieu Ichou, chercheur à l’Institut national d’études démographiques (INED) dans le dernier numéro de Population et Sociétés.

Ce sont d’ailleurs le plus souvent sur des fonds propres que les migrants financent leur voyage, un budget qui peut atteindre 10 000 euros.
La majorité des migrants transitant par les centres nigériens finance son voyage sur des fonds propres

Vols et violences sur la route des migrants

Si le commerce est le premier métier indiqué par les migrants avant leur départ (28 % des cas), ils sont nombreux (22 %) à affirmer avoir travaillé dans le bâtiment pour survivre et gagner un peu d’argent durant leur voyage. Mais la majorité des migrants est sans emploi.
Une grande majorité de migrants se retrouve sans emploi pendant le trajet ou travaille pour le bâtiment.

 

60 % ont subi au moins un incident pendant leur trajet

En dépit de l’investissement considérable consenti par les migrants, ces derniers sont particulièrement vulnérables pendant leur trajet. 60 % des personnes interrogées dans les camps de transit disent avoir subi au moins un incident pendant leur trajet : menaces (31 % des incidents), vol (40 %), violence physique (20 %).

Certains ont affirmé s’être vus privés de leur salaire, de liberté de mouvement, de leurs documents, de nourriture ou d’eau. Ils sont très peu nombreux à reconnaître avoir été sujets aux violences sexuelles et à la prostitution, « des sujets de nature très sensibles qui ne sont pas rapportés facilement par les victimes », note l’OIM.

Parmi les raisons de retour au pays, l’insécurité est devenue de très loin la première réponse (72 %, contre 24 % lors de la précédente enquête), mais aussi le refoulement (15 %) et le manque de travail (11 %). Une des explications au refoulement tient à l’absence de papiers d’identité : 66 % des migrants qui arrivent au centre n’ont pas de papiers d’identification, qu’ils aient été perdus ou confisqués… ou jamais obtenus.

 

Par Le Monde, paru le 07/06/2017