Main menu

France terre d'asile en chantant

nrp

concert solidaire

Sara Poimboeuf et JB Bullet présentent l'affiche de cette soirée, prévue mardi à l'espace Robert-Hossein de Lourdes./Photo A. B.

 

Mardi 20 juin sera la journée mondiale des Réfugiés. À cette occasion, le Cada France terre d'asile de Lourdes (Centre d'accueil des demandeurs d'asile) organise un grand concert, à l'espace Robert-Hossein de Lourdes, à partir de 20 h 30. Sur scène, Baptiste Braman ouvrira le bal, avant que JB Bullet ne prenne le relais. «J'ai trouvé l'idée très sympa, avoue le chanteur tarbais, pour parler de la problématique des réfugiés, mais aussi changer de regard sur eux. D'ailleurs, les fonds qui seront récoltés n'iront pas aux Cada, mais à d'autres associations caritatives qui aident les Français dans le besoin.» Car pour Sara Poimboeuf, la pétillante directrice du centre d'accueil, «les réfugiés ne concurrencent pas les gens dans le besoin ici. Par exemple, la création des Cada a permis de libérer de la place pour les sans-abri. Par ailleurs, il n'y a aucune obligation pour les associations d'aider matériellement les réfugiés».

Créé le 1er janvier 2016, le Cada de Lourdes n'a pas eu une existence paisible, notamment suite à la divulgation des différentes adresses d'accueil par le Front national. Une affaire d'ampleur nationale encore entre les mains de la justice. «Même si ça a été difficile pour la structure, cet épisode nous a finalement servi avec un afflux de dons et de bénévoles.» Si la nature généreuse de Lourdes a favorisé l'intégration du Cada, réfugiés et population se croisent sans vraiment se connaître. «Il y a beaucoup de détresse, de tristesse et d'humilité dans le parcours de ces familles, de ces personnes, avoue Sara Poimboeuf. Nous essayons de les accompagner juridiquement, mais aussi de leur inculquer nos valeurs. La musique, c'est un moyen de faire se rencontrer ce public de demandeurs d'asile avec les habitants qu'on espère nombreux. Ça permettra de changer les regards mais aussi de mettre en avant ces résidents, de leur redonner une place, une voix.» Les réfugiés réaliseront d'ailleurs une performance sur scène. «Et en reversant les fonds récoltés à d'autres associations, ça montre que les demandeurs d'asile sont aussi une richesse et qu'ils peuvent aider les autres et être utiles.»

Entrée : 5 € (tarif réduit : 2 €).

 

Par la Nouvelle République des Pyrénées, le 17 juin 2017

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir