Main menu

Paris: des grilles installées pour empêcher les camps de migrants

Bfmtv.fr

Quelques semaines après le démantèlement d’un camp de migrants dans les 18e et 19e arrondissements de Paris, des grilles ont été installées pour dissuader de nouvelles installations, notamment sous le métro Stalingrad.

Un dispositif qui met mal à l’aise certains riverains, commerçants et associations.  

Il y a encore deux mois, plus de 3.000 migrants étaient installés rue de Flandre et sous le métro Stalingrad, dans les 18e et 19e arrondissements. Après l’évacuation de ce camp de fortune au cœur de la capitale, la mairie ne veut plus voir se reproduire cette situation.

Depuis décembre, des grilles en fer de deux mètres environ ont été disposées sur les lieux de l’ancien camp, pour dissuader de nouvelles installations de migrants. Des grilles que l’on retrouve sur le terre-plein central de l’avenue de Flandres ou encore sous le métro aérien de la station Stalingrad, ainsi que dans le 10e arrondissement. Le décor grillagé ne ravit pas les riverains. "Ca fait un peu prison", lâche Catherine Lépine, vendeuse à proximité de l’ancien camp.

Pour les associations comme France terre d’asile, empêcher la formation de nouveaux camps par des grilles est loin d’être une solution. "Ce n’est pas la réponse évidemment. La réponse, c’est de trouver les capacités nécessaires, réparties sur l’ensemble du territoire, pour faire en sorte que les migrants qui arrivent ne soient pas obligés de séjourner dans les parcs publics ou sur les bouts de trottoir", juge Pierre Henry, directeur général de l’association.

 

Une solution "provisoire" et "préventive"

De son côté, la municipalité assure avoir conscience de la fragilité de la réponse qui n’est que "provisoire" et "préventive" assure Rémi Feraud, maire du 10e arrondissement.

"C’est du pragmatisme (…). Ca ne peut pas être une solution qui dure dans les années qui viennent, donc il faut que nous réfléchissions à d’autres aménagements. Et en même temps, ne pas se précipiter pour enlever ces grilles, si jamais de nouveaux campements doivent se constituer", explique l’élu.

Peu après le démantèlement du camp, un centre d’accueil pour réfugiés avait ouvert ses portes Porte de la Chapelle dans le 18e arrondissement. Un lieu chargé d’orienter les migrants vers d’autres structures d’accueil. Un autre centre destiné à l’hébergement d’urgence pour les femmes et les familles doit ouvrir à Ivry ce mois-ci.

BFM TV, 05/01/2017

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir