Main menu

Rapport de 2010 sur la rétention administrative en France

L’année 2010 est la première qui voit intervenir cinq associations – l’Assfam, La Cimade, Forum réfugiés, France terre d’asile et l’Ordre de Malte France – dans les centres de rétention administrative.

Issues d’horizons variés, elles partagent entre autres valeurs la primauté de la personne humaine et le respect des droits de l’Homme consacrés par les engagements européens et internationaux de la France. Dépassant le risque de concurrence qui aurait pu résulter de l’ouverture de la mission à plusieurs associations par la méthode de l’appel d’offres, nous avons abordé cette mission d’aide à l’exercice effectif des droits de manière coordonnée. La création d’un comité de pilotage et l’échange constant en matière d’expertise et de pratiques ont notamment permis des prises de positions publiques communes à plusieurs reprises.

Dans un domaine aussi sensible que l’enfermement administratif, il est essentiel de disposer d’une vision d’ensemble de la réalité de la rétention des étrangers en France : elle seule permet de décrire la globalité du système élaboré, développé et renforcé en France au fil des années comme de faire état des atteintes aux droits fondamentaux. Ce rapport annuel témoigne de la vie dans les centres français de rétention administrative.

visuelrapportPour accéder au rapport cliquez ici.

Pour accédez au communiqué de presse, cliquez ici.

Pour accéder au dossier de presse, cliquez ici.

Pierre Henry (France terre d'asile), Jérôme Martinez et David Rohi (la cimade), Jean-françois Ploquin (forum réfugiés-cosi), Celine Guyot (assfam) et Lucie Feutrier-Cook (ordre de malte france) présentent le rapport de rétention 2010 lors de la conférence de presse

 Photo_174bis