Main menu

Témoignages de mineurs et d'éducateurs

Chaque année, depuis 2012, France terre d'asile accompagne les mineurs isolés étrangers dans le Calaisis, et leur propose un hébergement d’urgence et de long terme dans les structures de Saint-Omer et d’Arras.
Retrouvez les témoignages de jeunes pris en charge par la Maison du jeune réfugié de Saint-Omer et des équipes qui les accompagnent.

Mineur Educateur

Portrait du jeune Basharak

À 16 ans, Basharak a fui seul son pays, l'Afghanistan, pour rejoindre la France. Pris en charge à la Maison du jeune réfugié de Saint-Omer, il rêve aujourd'hui de pouvoir retourner à l'école, et se construire une " belle vie ' en France. L'adolescent témoigne ici avec sincérité de son histoire.

Portrait du jeune Ashkan

À 17 ans seulement, Ashkan a fui seul, les talibans d'Afghanistan, pour rejoindre la France. Pris en charge à la Maison du Jeune Réfugié de Saint-Omer, le jeune peut désormais commencer à reconstruire sa vie. 
L'adolescent se confie avec émotion, sur son histoire, ses craintes, et ses projets d'avenir. 

Portrait du jeune Hamada

Hamada a 16 ans. Il vit aujourd'hui à la Maison du Jeune Réfugié de Saint Omer, dans l'espoir de pouvoir enfin rejoindre légalement et en toute sécurité son frère, en Angleterre. 
Le jeune homme se confie ici sur sa vie, les épreuves difficiles qu'il a dû traverser, l'Afghanistan, et sur les espoirs et rêves qui l'habitent...

Portrait d'Amandine

Amandine est la cheffe de service de la Maison du Jeune réfugié de Saint Omer.
Au contact quotidien des mineurs isolés étrangers, elle nous explique le travail de mise à l'abri et d'accompagnement effectué quotidiennement par les équipes de la structure.

Portrait de Fabien

Fabien est agent d’accueil à la Maison du Jeune Réfugié de Saint-Omer depuis 4 ans, un travail qu’il considère comme une véritable vocation. 

Tel un « grand frère » pour les jeunes mineurs isolés étrangers accueillis à la MJR, il les accompagne, leur fait découvrir la culture française, et  leur organise des activités au quotidien. C'est avec émotion qu’il se confie ici sur son travail, sur les moments difficiles à vivre au quotidien comme les plus beaux.