Main menu

Newsletter 101 - Avril Mai 2017

NEWSLETTER N°101 - Avril - Mai 2017
Si vous ne visualisez pas correctement cet e-mail, rendez-vous en ligne
Ajoutez Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. à votre carnet d’adresses

L’intégration contre l’identité figée

72 % des français estiment que l’intégration fonctionne mal en France. Ils étaient 37 % en 2005. La France est traversée par une période de doute entre repli communautaire et regain xénophobe. Pourtant la part des étrangers évolue peu et la sécularisation s’accélère. À l’intérieur de cette question aux multiples facettes figure en bonne place la bonne intégration des réfugiés statutaires. Leur nombre a augmenté (+36000 en 2016), c’est inédit et c’est heureux grâce au travail de l’Ofpra. 2017 restera sur cette tendance.

Or, notre réponse est mal coordonnée, trop lente et insuffisante sur des aspects essentiels comme l’apprentissage du français et la formation professionnelle. Des progrès ont été faits dans le cadre du plan migrant, des initiatives ont été prises mais nous sommes loin du compte. Cette situation est d’autant plus absurde et préjudiciable que la France a tout à gagner à faciliter l’expression de cette volonté et de cette énergie de personnes souvent jeunes. La Suède par exemple dispose d’une agence compétente sur l’ensemble des questions d’intégration des réfugiés. En France, des initiatives sont prises, l’Ofii est à la tâche, mais cela reste artisanal dans un contexte où tout le monde s’occupe de tout.

Une politique cohérente et coordonnée sur l’intégration des réfugiés est nécessaire qui s’appuierait sur une approche globale avec un renforcement de l’apprentissage linguistique, la transmission de nos valeurs, une formation professionnelle mise en place rapidement, une relation étroite avec les entreprises et leurs organismes paritaires. Si l’on ne veut pas que notre pays se pense dans une identité figée, ce travail-là est d’une urgence absolue.


Pierre HENRY, Directeur général de France terre d'asile  

EN EUROPE

 

PROTECTION DES ENFANTS MIGRANTS 

Nouvelles recommandations de la Commission

Sonia Kerlidou
© AFP

En 2015 et 2016, 30 % des demandeurs d'asile dans l'Union européenne étaient des enfants. Le 12 avril 2017, la Commission européenne a publié un communqué de presse  définissant les priorités de la protection des enfants migrants. Abandon de la rétention administrative, échange des informations et des bonnes pratiques entre pays-membres, raccourcissement des délais de traitement ou encore meilleure protection sur les routes migratoires sont tout autant de mesures envisagées par la Commission. 

EUROPE, TERRE D'ASILE

Externalisation de l'asile - les portes de l'Europe se ferment dans l'indifférence générale

Tribune de Alain Le Cléac'h, Membre du Conseil d'administration

En adoptant la déclaration du 18 mars 2016 avec la Turquie, les pays de l’Union européenne ont mis en œuvre une option sécuritaire assumée de la politique migratoire européenne, qui menace ou compromet le droit d’asile en Europe.

C’est un changement radical de la politique européenne de l’asile. C’est la construction d’une Europe forteresse qui semble laisser indifférents les politiques et les peuples européens.

Quelles sont les conséquences de cette politique ?

Comme toute entrave à un mouvement de population en exil, la fermeture des frontières aggrave considérablement les conditions de vie des hommes, femmes et enfants qui ont entrepris ce voyage pour leur survie et qui se trouvent confinés au mieux dans des camps.

Une fermeture étanche des frontières outrepasse le droit des États à contrôler l’accès à leurs territoires. Car elle implique le refoulement des demandeurs d’asile - ce qui est prohibé par le droit international - et leur interdit de facto l’accès à la procédure européenne de détermination de leur droit à la protection internationale. C’est un déni d’accès au droit tout comme la sous-traitance de l’application du droit d’asile aux pays tiers limitrophes.

Ne pas céder au populisme

Il faut avoir le courage de reconnaître que si les pays de l’Union bloquent les migrants et les réfugiés dans les pays tiers c’est essentiellement parce que leurs gouvernements ont cédé devant la dérive populiste et xénophobe d’une partie de leur population et qu’ils considèrent n’être pas en mesure de leur imposer un nombre accru d’étrangers en recherche de protection.

Céder sur les droits des réfugiés c’est porter atteinte au bloc des droits fondamentaux et universels en donnant raison aux populistes qui n’y verront qu’encouragement pour amplifier leurs propos et leurs actions xénophobes.

Il faut au contraire résister et répliquer aux discours de haine et d’exclusion. Quand il a en face de lui des réfugiés, le peuple sait se montrer accueillant et généreux. Les Français l’ont démontré dans les derniers mois.

Retrouvez l’intégralité de la tribune sur notre site internet

EN FRANCE

 

PROTECTION DES RÉFUGIÉS  

État des lieux de la relocalisation des réfugiés en France

État des lieux de la relocalisation des réfugiés en France
© Getty / Alfonso Di Vincenzo / KONTROLAB / LightRock

Suite à la « crise des réfugiés », l’Union européenne a adopté plusieurs décisions et instruments de solidarité visant à transférer des demandeurs d’asile depuis différents pays vers les États européens. L'un d'eux, la relocalisation, concerne les personnes présentes en Grèce et en Italie, souhaitant demander l’asile et provenant de pays dont le taux de reconnaissance moyen dans toute l’Union européenne est de plus de 75%. En septembre 2015, les États membres se sont accordés sur la relocalisation de 160 000 personnes depuis la Grèce et l’Italie d’ici à septembre 2017. Dans ce cadre, la France s’est engagée à accueillir 30 000 personnes, mais seuls 3 400 réfugiés ont pour le moment été relocalisés en France.

Actualités juridiques

Accord-cadre national relatif au parcous expérimental d'insertion professionnelle des bénéficiaires d'une protection internationale

Cet accord permet à 1 000 bénéficiaires d’une protection internationale d’expérimenter un parcours qui devrait les aider à mieux s’intégrer suite à l’obtention de leur protection. En les hébergeant et les aidant à se former professionnellement, le dispositif vise à favoriser leur intégration sur le marché de l’emploi en France. Les bénéficiaires sélectionnés devront cependant avant tout acquérir les bases de la langue française, avant de bâtir leur projet professionnel en huit mois, période à la suite de laquelle ils pourront bénéficier d’une formation professionnalisante.

LA PHOTO DE LA NEWSLETTER

femmes8
© FFBad
L'ensemble du groupe des "Volants de l'Union", une intitiative conjointe entre la FFbad, Solibad et France terre d'asile, pour permettre à  des réfugiés de former des duos de badmington avec des franciliens et de s'intégrer par le sport.
   

À DÉCOUVRIR

 
 


 Réfugiés et apatrides - Administrer l'asile en France

À lire : Réfugiés et apatrides - Administrer l'asile en France

Alors que les questions d’asile restent d’une brûlante actualité, le Comité d’histoire de l’Ofpra publie un ouvrage collectif sur la façon dont les pays d’Europe, sous l’égide des Nations unies ont mis en place, entre 1920 et 1960, les instruments de la protection internationale des réfugiés et des apatrides et, sur cette base, une administration de l’asile. La mobilisation associative de l'époque ainsi que le discours des réfugiés eux-mêmes y sont également abordés, à l'aide de nombreuses archives historiques inédites.

 
 


 La fissure

À lire : "La Fissure", BD pour raconter la détresse des migrants

Les photos imitent le trait d’esquisse mais ne perdent rien de leur réalisme. Le reporter Carlos Spottorno et son photographe Guillermo Abril sillonnent l’Europe et ses frontières à la recherche de ceux qui cherchent à les franchir. De Melila à Anlexandroùpolis, de la Bulgarie à la Turquie, ils saississent les temps forts des « hot spots » de l’Europe avec justesse et résignation. Ils en tirent une BD criante de vérité des 25 000 clichés rapportés.

 
 

rapport ofpra 

À faire: Rapport d'activité de l'Ofpra 2016

Le rapport qui rend compte de l'activité de l’Ofpra pour l’année 2016 est publié.

Outre une présentation des chiffres de la demande de protection en France, ce rapport met en lumière les temps forts qui ont marqué la vie de l’Office durant cette année ainsi que les principales caractéristiques de la demande d’asile en 2016.

 

 
 

RÉSEAUX SOCIAUX

Suivez-nous
Facebook  Twiter  Linkedin  Youtube

AGENDA

EXPOSITION : "Nous et les autres - Des préjugés au racisme", du 31 mars 2017 au 08 janvier 2018

Le Musée de l’Homme s’engage dans une démarche citoyenne en programmant sa première exposition temporaire, pour donner des clés de compréhension à ses visiteurs et encourager leur réflexion personnelle pour déconstruire les préjugés qui persistent dans les consciences.

RENCONTRE : Journée "Portes Ouvertes" à l'Ofpra, le 20 juin 2017

Pour la troisième année consécutive, et à l'occasion de la journée mondiale des réfugiés, l'Ofpra organise une nouvelle journée "Portes Ouvertes" à destination de ses partenaires : associatifs de l'asile, avocats, juristes, travailleurs sociaux en structures d'accueil, étudiants...

LE CHIFFRE

 
 710 400
 
Il s'agit du nombre de demandeurs d'asile qui ont obtenu une protection dans les États membres de l'Union européenne en 2016..
 

NOS OFFRES D'EMPLOI

Voir toutes les offres

NOS FORMATIONS

Découvrez nos prochaines formations dans le guide formation 2016/2017

Voir toutes les formations

BÉNÉVOLAT

Devenir bénévole

FRANCE TERRE D'ASILE EN RÉGION

Rechercher un centre

PUBLICATIONS DE FRANCE TERRE D'ASILE

Lettre de l'asile et de l'intégration 78

Identification et protection des victimes de la traite dans un contexte de migration de transit

Dans le cadre du projet « Identification et orientation des victimes de traite des êtres humains dans le département du Pas-de-Calais », France terre d’asile a élaboré une méthodologie précise et efficace pour l’identification et la protection des victimes de traite à Calais, et plus généralement dans un contexte de migration de transit, afin de répondre aux besoins identifiés.

Toutes nos publications

ESPACE MULTIMÉDIA

Migrants mineurs: interview de Pierre Henry :

Depuis quelques semaines la capitale est confrontée à l’arrivée de migrants mineurs qui refusent d’être pris en charge. Quelles solutions y apporter ?
Entretien avec Pierre Henry, directeur général de France terre d'asile et invité de l'émission "C à dire ?!" sur France 5.

Grande-Synthe : "Nous savions qu'il y avait là tous les dangers d'une confrontation" 

Un incendie, faisant suite à des bagarres, a détruit 70% du camp de migrants de Grande-Synthe (Nord), dans la soirée du lundi 10 avril. "Ces derniers temps, la situation s'était dégradée sur place", a expliqué Pierre Henry sur France info. Selon lui, le danger d'une confrontation entre passeurs kurdes et afghans était connu.

VEILLES EUROPE

CONTACTEZ-NOUS

Contactez-nous
Pour vous désabonner de notre newsletter, cliquez ici

Conformément aux articles 38 et 40 de la loi Informatique et Libertés du 6 janvier 1978, vous disposez d'un droit d’accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant.

Vous pouvez exercer ce droit nous contactant ici