Main menu

Avant-propos

Lorsque nous avons ouvert le Centre d’accueil et d’orientation pour mineurs isolés demandeurs d’asile (Centre Stéphane Hessel) à Boissy-Saint-Léger en 1999, peu savaient ce que recouvrait le terme de « mineur isolé étranger ». Aujourd’hui, le sujet est bien plus médiatisé, et en 2016, 13 800 mineurs étrangers isolés étaient accueillis en France métropolitaine contre 4 000 trois ans plus tôt. De nombreux départements se mobilisent aujourd’hui pour tourner le dos, en contournant la loi, aux mineurs isolés étrangers. D’autres, accueillent largement, mais ont besoin d’aide pour traiter cet accueil, c’est une question de solidarité nationale. Avant d’être migrants, ces mineurs sont avant tout des enfants dont « l’intérêt supérieur » doit être préservé. À tout prix.

Sellou, Abdou, Abdoulaye, Ali, Roman, Ruhollah, Esther, Sarah et Manu…ils sont arrivés en France, mineurs et sans leur famille. Ils venaient de Guinée, du Nigéria, du Népal, de Birmanie, d’Afghanistan, de Sierra Leone, du Ghana… on leur a dit qu’ils étaient des « mineurs isolés étrangers », titre qui les a définis jusqu’à leur majorité à travers leur prise en charge, leur accompagnement, et leur vie en France. Aujourd’hui, ils sont couturier, père de famille, étudiante, indépendant, aide-soignant, Française,… C’est ainsi qu’ils ont choisi de se définir eux-mêmes en façonnant par leur volonté et leur motivation leur avenir en France.

Nous avons jugé de la plus haute importance de vous parler d’eux parmi nous. C’est-à-dire sortis de leur situation de minorité et ayant engagé leur chemin d’hommes et de femmes au sein de la communauté nationale.

« Que sont-ils devenus ? » raconte des trajectoires, des espoirs, des réussites dont ils sont, et dont nous sommes, fiers.

Parce que l’avenir des jeunes isolés étrangers est le nôtre, nous militons depuis 19 ans déjà pour garantir la protection de ces enfants arrivés seuls en France. Le droit à la protection des mineurs isolés étrangers, filles et fils abandonnés de ce monde globalisé à qui offrir un avenir est la plus belle manifestation de notre humanité.

 

Pierre Henry,
Directeur général de France terre d’asile