Main menu

L’ouverture de « couloirs humanitaires » pour des réfugiés syriens sera entérinée mardi

 

L’initiative, préparée depuis de longs mois par cinq organisations chrétiennes, sera actée mardi à l’Élysée.

 

Après l’Italie, la France va ouvrir des « couloirs humanitaires » pour accueillir des réfugiés syriens en provenance du Liban. Un protocole d’accord sera signé mardi en présence du président François Hollande pour mettre en œuvre cette opération d'« accueil solidaire » d’exilés ayant fui la guerre qui ravage la Syrie depuis mars 2011.

La signature doit associer les ministres Bruno Le Roux (Intérieur) et Jean-Marc Ayrault (Affaires étrangères) à trois structures catholiques (communauté de Sant’Egidio, Conférence des évêques de France et Caritas) et deux protestantes (Fédération protestante de France et Fédération de l’entraide protestante).

Selon Sant'Egidio, à l'origine du projet, la France est le premier pays à se lancer dans ces «couloirs humanitaires» après l'Italie, qui a accueilli 700 Syriens dans ce cadre œcuménique depuis février 2016.

Le corridor français pourrait être emprunté à partir de la fin avril. Le dispositif prévoit «l'inclusion» en France de «500 personnes dans les 18 mois après la signature du protocole, avec une priorité» accordée aux «plus vulnérables»: familles avec enfants, femmes seules, personnes âgées, malades, handicapées...

 

aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa

Au Liban famille syrienne officiel refugies situe village Deir Zannoun plaine Bekaa 31 janvier 2017 0 729 486

aaaa 

Au Liban, une famille syrienne dans un camp non-officiel de réfugiés situé dans le village Deir Zannoun dans la plaine de Bekaa, le 31 janvier 2017. / JOSEPH EID/AFP

 

Si l'initiative est chrétienne, «l'accueil est inconditionnel», sans critère d'appartenance religieuse, souligne auprès de l'AFP le président de la Fédération protestante de France, François Clavairoly.

«Il devenait insupportable de voir arriver des embarcations entières avec des morts. Nous avons voulu prendre le problème à la source», explique pour sa part Valérie Régnier, présidente de Sant'Egidio France. Plus de 5 000 migrants ont péri en 2016 en voulant traverser la Méditerranée pour rejoindre les côtes européennes, selon l'ONU.

Concrètement, ce protocole doit permettre l'octroi au Liban d'un visa d'asile à des déplacés dans des camps frontaliers de la Syrie. Les bénéficiaires seront repérés par les acteurs associatifs, avant validation par les autorités françaises. Transférés en France par avion, «voie sûre», ils y obtiendront le statut de réfugié.

«Nous ne demandons pas à l’État de l'argent mais d'agir sur le facteur temps: deux mois pour obtenir un visa au consulat à Beyrouth, puis trois mois en France pour la reconnaissance de leur statut de réfugié par l'Ofpra» (Office français de protection des réfugiés et apatrides), fait valoir la responsable de Sant'Egidio.

Les enfants devraient être scolarisés dans les trois jours suivant leur arrivée en France, et leurs parents se voir offrir des cours de français, un accompagnement vers l'emploi... «Pour une bonne intégration des personnes, il faut qu'elles soient régularisées et autonomes plus vite», souligne Valérie Régnier.

Les frais sont «entièrement autofinancés» via des dons et la mobilisation des réseaux chrétiens. Une enveloppe évaluée à 11.000 euros en moyenne sur un an pour une famille de quatre personnes.

Les Eglises sont déjà mobilisées de longue date dans l'accueil de migrants. Plus de deux mille ont été hébergés entre septembre 2015 et l'automne 2016 par des structures liées aux diocèses catholiques. Environ 450 ont été accueillis et accompagnés dans le cadre de l'entraide protestante.

Mais la question de l'accueil des étrangers fait de plus en plus débat y compris parmi les chrétiens, sur fond de peur d'une poussée de l'islamisme radical. «Personne n'a été exempt de ce questionnement légitime», confirme François Clavairoly, qui veut cependant croire en «l'argument prophétique selon lequel la société française peut montrer qu'elle est généreuse».

Du côté de Sant'Egidio, on est convaincu que la signature de mardi «engage pour le futur», bien au-delà des élections. Et la communauté d'espérer que les «projets-pilotes» italien puis français feront tache d'huile en Europe.

 

Par La Croix (avec AFP), le 11/03/2017

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir