Main menu
Veille Europe L'actualité européenne sur l'asile et l'immigration vuepar France terre d'asile
du 1er au 15 janvier 2021

Des milliers de migrants se retrouvent sans abri en plein hiver, notamment depuis que le camp de Lipa, situé près de la frontière croate, a été ravagé par un incendie le 23 décembre. Si une vingtaine de tentes chauffées ont été acheminées pour 900 personnes, aucune solution pérenne ne sera trouvée avant avril malgré l’aide européenne.

Bosnie c Hasan Mahir

© Hasan Mahir

Depuis l’incendie de décembre, près de 2 500 migrants se retrouvent sans abri, contraints à errer dans le nord-ouest de la Bosnie sous des températures glaciales. Le camp de Lipa, où vivaient près de 1 300 migrants, ne bénéficiait ni d’un accès à l’eau courante, à l’électricité ou encore au chauffage. C’est en déplorant ces conditions d’accueil que l’Organisation internationale pour les migrations (OIM), décidé d’évacuer les lieux le 23 décembre. Les autorités bosniennes soupçonnent les migrants d’être à l’origine de l’incendie qui s’est déclaré le même jour, comme symbole de revendication d’un hébergement décent.  

Face à l’urgence, la Commission européenne a débloqué 3,5 millions d’euros d’aide humanitaire le 3 janvier, qui viennent s’ajouter aux 4,5 millions d’euros déjà alloués en avril 2020, élevant ainsi à 13,8 millions d'euros le montant total de l’aide humanitaire de l’Union européenne pour l’accueil des migrants et réfugiés en Bosnie depuis 2018.

Cependant, ces différentes aides ne parviennent pas à régler un problème plus profond selon Peter Van der Auweraert, coordinateur de l’OIM en Bosnie, qui affirme que « la situation est tout à fait gérable, de surcroît avec toute l’aide humanitaire dont le pays dispose » et qu’il y a « suffisamment d’argent pour héberger les 2 500 personnes dans le pays ». Alors que plusieurs ONG et le Conseil des ministres bosnien avaient demandé la réouverture de l’ancien centre d'accueil de Bira situé dans la commune de Bihać, fermé en octobre 2020, ce sont les autorités locales, sous la pression des habitants, qui s’y sont opposées.

Plus de deux semaines après l’incendie, les autorités bosniennes ont commencé à installer le 8 janvier près de vingt tentes chauffées pour héberger provisoirement 900 migrants. Toutefois, la construction d’un nouveau camp ne devrait débuter qu’en avril selon l’annonce des autorités.

Malgré la fermeture de la plupart des pays, la « route des Balkans » demeure l’une des voies les plus empruntées pour rejoindre l’Union européenne, avec près de 70 000 migrants qui ont transité par la Bosnie depuis 2018.

Article publié le 12/01/2021

Voici ici notre dernier article publié le 07/10/2020 sur l’évacuation du camp de Bira dans la ville de Bihać.