Main menu
Veille Europe L'actualité européenne sur l'asile et l'immigration vuepar France terre d'asile
du 1er au 15 février 2020

Une centaine de personnes se sont réunies le 6 février à Subotica, en Serbie, dans l’espoir d’entrer légalement dans l’Union européenne.

 Article Serbie Hongrie c Bor Benedek

© Bör Benedek

 

C’est sur la route longue d’une dizaine de kilomètres reliant les villes serbes de Horgoš, un poste-frontière proche de la Hongrie, et Subotica, que la manifestation pacifique a eu lieu. Les personnes présentes, parmi lesquelles plusieurs familles avec enfants, réclamaient l’ouverture de la frontière, et qu’on les reconnaisse comme « des réfugiés et non des criminels ». Cette manifestation a aussi été organisée en réponse aux événements de la semaine précédente, lorsque la police hongroise avait tiré trois tirs de sommation à l’encontre d’un groupe d’une soixantaine de migrants qui tentaient de franchir un autre poste-frontière. Face à ces revendications, le gouvernement hongrois a décidé de fermer l’un des passages entre les deux pays, à quelques kilomètres de Subotica, et les autorités serbes ont procédé, dans la nuit du 6 au 7 février, à l’évacuation des personnes vers des centres d’accueil pour demandeurs d’asile en Serbie.

Ces évènements interviennent au moment où les autorités hongroises affirment qu’au mois de janvier, un nombre record de tentatives de traversée des frontières du pays - plus de 3 400 - a eu lieu. La Hongrie pratique par ailleurs une politique de refoulement systématique vers la Serbie des personnes tentant d’entrer sur son territoire. La Banque de développement du Conseil de l’Europe estime que, malgré la fermeture de la route migratoire des Balkans en 2016, 6 000 personnes sont encore bloquées dans des centres d’accueil opérés par le gouvernement serbe.

 

Lire ici notre dernier article publié le 06/12/2020 sur la situation à la frontière entre la Hongrie et la Serbie.

Article publié le 10/02/2020