Main menu
Veille Europe L'actualité européenne sur l'asile et l'immigration vuepar France terre d'asile
Du 15 février au 28 février 2021

Pointée du doigt pour ses conditions d’accueil précaires dans les îles égéennes alors qu’une vague de froid et de neige s’abat sur le pays, la Grèce est également accusée de refoulements « systématiques » de migrants en mer Égée par plusieurs rapports d’ONG.

 

Grèce

© Fotomovimiento

Entre chutes de neige, tempêtes et vents violents, la vague de froid nommée « Médée » qui s’est abattue depuis quelques jours sur la Grèce, frappe durement les migrants vivant dans les camps dans des conditions déjà précaires. Dans certains d’entre eux, comme celui de Malakasa à Athènes ou de Kara Tepe – Mavrovouni sur l’île de Lesbos, plusieurs milliers de personnes dont de nombreux enfants vivent toujours dans des tentes, parfois sans eau ni électricité, sous des températures glaciales. Le gouvernement grec a toutefois déclaré que les personnes n’encourent « aucun risque » et que des projets sont en cours pour améliorer les conditions de vie dans les camps.

Si un rapport conjoint d’Oxfam et du Conseil grec pour les réfugiés publié le 15 février reconnaît que la Grèce a récemment apporté quelques améliorations dans les camps des îles égéennes avec le soutien de l'Union européenne, les ONG dénoncent des conditions de vie qui ne répondent toujours pas aux normes humanitaires les plus élémentaires. Par ailleurs, les restrictions liées à la pandémie de Covid-19 ont entravé les démarches de réunification familiale et ralenti davantage les procédures de demandes d’asile, rendant la situation encore plus difficile à vivre pour les personnes bloquées sur les îles.

Le rapport dénonce également l’absence de solidarité et de partage des responsabilités au niveau européen, qui accentue la pression sur la Grèce. Ainsi, alors que des États membres volontaires s’étaient engagés à relocaliser 5 100 personnes depuis la Grèce en 2020, seules 2 050 personnes ont été relocalisées vers dix États membres à la fin de l’année. Au total, 17 200 réfugiés et demandeurs d’asile se trouvaient dans les îles grecques à la mi-février. Selon les ONG, les propositions contenues dans le Pacte européen sur la migration et l’asile, notamment l’instauration d’un mécanisme de solidarité « flexible », reconduiront à la même « surpopulation » des camps grecs.

Outre les conditions d’accueil précaires, un rapport de l’ONG allemande Mare Liberum, publié le 11 février, indique que les violences à l’encontre des migrants en mer Égée ont atteint un niveau sans précédent. Ainsi, près de 9 798 personnes ont été refoulées vers la Turquie par les autorités grecques avec l’implication supposée de Frontex en 2020. Notis Mitarakis, le ministre grec des Migrations, a répliqué le 14 février qu’il s’agissait de « fausses » accusations, y voyant une campagne de dénigrement orchestrée par la Turquie.

 

Article publié le 19/02/2021

Voici ici notre dernier article publié le 29/01/2021 sur l’inquiétude des ONG concernent la contamination au plomb du camp de Lesbos en Grèce.

Pour recevoir nos articles sur l’actualité européenne tous les quinze jours, abonnez-vous à la Veille Europe.