Main menu

Grèce : accusé de refoulements vers la Turquie, le gouvernement annonce la construction de nouveaux centres d’accueil sur les îles égéennes

Notis Mitarachi, ministre grec des Migrations et de l’asile, a annoncé le 18 novembre la construction de nouveaux centres d’accueil sur les îles de Lesbos, Samos, Leros, Chios et Kos d’ici l’automne 2021. Le lendemain, un rapport du Comité anti-torture (CPT) du Conseil de l’Europe a appelé l’État grec à  réformer son système de détention des migrants et à mettre fin aux refoulements.

Brève UE Grèce c Ivan Radic

© Ivan Radic

 

Notis Mitarachi et Beate Gminder, directrice générale adjointe au sein de la Direction générale des Affaires intérieures de la Commission européenne, ont signé, le 12 novembre, un accord financier pour la construction de centres d’accueil fermés et contrôlés sur les îles de Samos, Kos et Leros. L’accord comprend une enveloppe de 121 millions d’euros pour augmenter les capacités d’accueil des îles en question, mettre en place des « zones sûres » et des « espaces de loisirs » pour les enfants, et construire des centres de rétention dédiés aux personnes faisant l’objet d’une mesure d'éloignement. Selon certains médias grecs, cette aide financière de la Commission européenne permettra la construction de centres ayant une capacité totale d’accueil d’au moins 8 000 personnes sur l’ensemble des trois îles.

Dans une interview accordée le 6 novembre pour InfoMigrants, Notis Mitarachi a également annoncé la validation en cours par l’Union européenne d’un contrat pour des investissements supplémentaires dans le cadre du programme WASH, consacré à l’eau, l’assainissement et l’hygiène, afin d’améliorer les conditions de vie sur le camp provisoire de Kara Tepe, sur l’île de Lesbos.

Durant l’entretien, Notis Mitarachi a également réfuté les allégations selon lesquelles les garde-côtes grecs auraient refoulés des migrants vers les eaux territoriales turques aux côtés de Frontex. Le 18 novembre, le média EUobserver a toutefois indiqué avoir obtenu de nouveaux documents de l’agence européenne de surveillance des frontières prouvant l’implication des autorités grecques dans ces pratiques illégales. Par ailleurs, le CPT du Conseil de l’Europe a dénoncé, dans un rapport publié le 19 novembre, les refoulements vers la Turquie dans la région de l’Evros, et a en outre exhorté la Grèce à « réformer son système de détention des migrants », jugé « inhumain ». Dans sa réponse aux éléments du rapport du CPT, le gouvernement grec a décrit ses opérations menées à la frontière avec la Turquie dans une lettre de 25 pages. Pour EUobserver, ce document constitue un aveu des pratiques de refoulements de la Grèce.

 

Article publié le 18/11/2020, mis à jour le 23/11/2020.

Voir ici notre dernier article publié le 05/11/2020 sur la fermeture par les autorités grecques du centre autogéré pour réfugiés « Pikpa », et ici, l’article publié le 27/10/2020 sur les accusations de refoulements envers Frontex en mer Égée.