Main menu
Veille Europe L'actualité européenne sur l'asile et l'immigration vuepar France terre d'asile
du 1er au 15 octobre 2020

À la suite d’inondations affectant de nombreux demandeurs d’asile et réfugiés du camp provisoire de Kara Tepe le 8 octobre, le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) a mis en garde les autorités grecques contre « une dégradation des conditions de vie à l’arrivée de l’hiver ».
Article Kara Tepe c UNHCR Achilleas Zavallis

© UNHCR / Achilleas Zavallis

 

La porte-parole du HCR pour l’Europe, Shabia Mantoo, a souligné les « lacunes critiques en matière de drainage, d’eau, d’installations d’assainissement et d’hygiène » du camp, après que plus de 80 tentes ont été détruites par les intempéries. L’agence onusienne a sollicité les autorités grecques pour trouver une solution d’urgence et ainsi améliorer les conditions de vie des 7 800 réfugiés et demandeurs d’asile qui vivent dans le camp.

Depuis l’ouverture du camp le 12 septembre, après l’incendie de Moria, la situation s’est dégradée et les témoignages des journalistes et des acteurs humanitaires sur le terrain pointaient du doigt l’accès difficile à l’eau potable et les conditions de vie sommaires des résidents. Le 14 septembre, près de 450 ONG et personnalités politiques avaient déjà lancé une pétition appelant les dirigeants européens à améliorer le traitement des migrants et des réfugiés sur les îles grecques. Les organisations signataires exigeaient la fin de l’enfermement « dans des conditions inhumaines » et la relocalisation immédiate des personnes de l’île vers le continent.

Ces inquiétudes sont aussi liées à la fermeture prochaine de plusieurs structures d’accueil réservées aux réfugiés sur l’île. Le centre autogéré Pikpa, qui a accueilli près de 30 000 réfugiés vulnérables depuis 2012, devrait être fermé d’ici le 15 octobre, et le camp permanent de Kara Tepe, situé non loin du nouveau camp provisoire, devrait connaitre le même sort. 160 ONG se sont alors mobilisées et ont publié une lettre ouverte, adressée aux autorités grecques, pour dénoncer cette décision. Quelques jours plus tard, le ministre grec des Migrations, Notis Mitarachi, a annoncé la construction d’une nouvelle structure « permanente et fermée » à Lesbos pour l’été 2021.

 

Retrouvez ici notre précédent article sur la construction du camp de Kara Tepe après l’incendie de Moria publié le 21/09/2020. 

Article publié le 13/10/2020