Main menu
Veille Europe L'actualité européenne sur l'asile et l'immigration vuepar France terre d'asile
du 1er au 15 juillet 2019

Le 1er juillet 2018, plusieurs modifications législatives sont entrées en vigueur en Hongrie et ont considérablement réduit les chances pour les demandeurs d’asile de bénéficier d’une protection dans le pays, selon un rapport de l’organisation Hungarian Helsinki Committee (HHC) qui dresse un bilan un an après.

 

Article Hongrie c HCR© UNHCR/Zsolt Balla

 

Criminalisation des personnes qui assistent les demandeurs d’asile (jusqu’à un an de prison), multiplication des refoulements à la frontière, rejet automatique de presque toutes les demandes de protection, tentatives d’expulsion vers les pays d’origine de demandeurs dont les motifs de la demande n’ont jamais été examinés sur le fond, privation de nourriture des détenus dans les zones de transit: dans son rapport, le HHC pointe du doigt les nombreux dysfonctionnements du système d’asile dans le pays, qui violent le droit européen et international. La dissolution du Bureau de l’asile et de l’immigration, qui existait depuis vingt ans, au profit de la Direction générale nationale de la police des étrangers marque également un changement important: les employés actuels, notamment les agents chargés du traitement des demandes, sont désormais rattachés à la police.

Malgré les nombreux rappels à l’ordre de plusieurs organisations et du Haut-Commissariat de l’ONU pour les réfugiés sur le traitement réservé aux demandeurs d’asile depuis août 2018, les autorités hongroises maintiennent leur politique anti-immigration. Le HHC fait état de seulement 3 demandes d’asile accordées dans le pays parmi celles déposées après le 1er juillet 2018, toutes les autres ayant été jugées irrecevables.