Main menu
Veille Europe L'actualité européenne sur l'asile et l'immigration vuepar France terre d'asile
du 1er au 15 février 2020

Le 12 février, le Sénat italien a décidé de lever l’immunité parlementaire du chef de la Ligue afin qu’il puisse être jugé pour avoir bloqué en mer plusieurs jours un bateau avec à son bord 116 personnes.

 

Salvini c Union européenne 2015 Parlement européen

 © Union européenne, 2015 – European Parliament

 

En juillet 2019, Matteo Salvini, alors ministre de l’Intérieur, avait empêché les garde-côtes italiens de faire débarquer des personnes secourues en Méditerranée qui se trouvaient à bord d’un bateau de la marine italienne, le Gregoretti. Celui-ci n’a pu accoster qu’une semaine plus tard, suite à la conclusion d’un accord de répartition entre l’Italie, la France, l’Allemagne, le Portugal et l’Irlande.

Avec une large majorité – 152 voix pour et 76 contre – le Sénat italien a autorisé le renvoi de M. Salvini devant le tribunal sicilien de Catane pour « abus de pouvoir » et « séquestration de personnes ». Pour la première fois, des membres du Mouvement 5 étoiles, anciens alliés de la Ligue, ont voté contre le maintien de l’immunité parlementaire de l’ancien ministre.

Certains observateurs, comme le professeur de géopolitique à l’Université de Rome Giuseppe Bettoni, estiment que cette décision constitue un coup dur pour Matteo Salvini, qui devient « un homme politique sous procès ». Il pourrait en effet être condamné à une peine d’inéligibilité ainsi qu’à une peine de prison pouvant aller de 6 mois à 15 ans. Pourtant, il dit assumer pleinement ses actions, déclarant avoir rempli  « son devoir » en « défend[ant] les frontières et la sécurité de son pays ». Il a par ailleurs réclamé des élections anticipées, estimant que « les adversaires doivent être vaincus dans les urnes, pas dans les tribunaux ». La ligne de défense du chef de la Ligue constituera néanmoins à prouver que la décision de bloquer le navire ne relevait pas de lui uniquement mais de celle du gouvernement entier.

Cette affaire n’est pas la seule dans laquelle il est demandé à ce que l’immunité de M. Salvini soit levée. Le 27 février, le Sénat italien statuera sur une demande de renvoi en justice dans le cadre du blocage de l’Open Arms, un navire humanitaire, qui a été contraint de rester au large de l’île de Lampedusa pendant plusieurs jours en août 2019.

 

Voir ici notre dernier article publié en mai 2019 sur les poursuites judiciaires contre Matteo Salvini.

Article publié le 13/02/2020