Main menu

L'impact économique positif des réfugiés sur les économies européennes

france culture

 

En cette journée mondiale des réfugiés, la Bulle Economique s'intéresse à leur impact économique dans les pays d'Europe. Une étude récente montre qu'ils sont loin d’être un "fardeau". Au contraire.

 

Dans un récent tweet, la présidente du Rassemblement National se scandalisait de lire que les comptes de la Sécurité sociale allaient être sérieusement grevés par les mesures destinées aux gilets jaunes. "Incroyable de lire ça, écrit Marine Le Pen, et l'AME ça ne creuse pas le trou de la Sécu ?"

L'AME, c'est l'Aide Médicale d'Etat,  proposée aux étrangers en situation irrégulière pour leur permettre d'accéder aux soins, et abondé non pas par le budget de la sécurité sociale, mais par celui de l'Etat. Une erreur rapidement pointée du doigt par des députés, qui ont ironiquement proposé à Marine Le Pen de s'intéresser de plus près à ces deux budgets discutés tous les ans au Parlement.

Mais au delà de cette question démagogique proposée au détour d'un tweet, la présidente du parti d'extrême droite réutilise l'argument de l'impact économique soi disant trop lourd qu'auraient les réfugiés sur les finances publiques de la France. Argument remis en cause par trois économistes du CNRS dont les travaux ont été publiés il y a un an tout juste dans la revue Sciences. Une étude à retrouver en cliquant ici.

 

Un regard macro-économique

Hippolyte d’Albis, Ekrame Boubtane et Dramane Coulibaly ont appliqué aux flux migratoires des réfugiés, les méthodes traditionnellement utilisées pour mesurer l'impact macro-économique des politiques structurelles. Ils l'ont fait pour 15 pays européens depuis 1985 jusqu'en 2015, des données statistiques qui permettent de mesurer l'effet de ces flux sur les finances publiques, le PIB par habitant et le taux de chômage. On parle ici de personnes ayant fait une demande d'asile, et présentes sur le territoire le temps de l'instruction de cette demande. Période pendant laquelle ils n'ont pas le droit de travailler. Soit, pour la France une moyenne de 20 000 entrées sur le territoire par an environ, contre 200 000 migrations de travail légales.

Au total ces 30 ans de données statistiques font apparaître que les dépenses publiques causées par ces réfugiées sont plus que compensées par les gains économiques induits par ces mêmes réfugiés. Les auteurs font ainsi valoir que les chocs d'immigration comme a pu en connaitre l'Europe au moment de ce qu'on a appelé la crise des réfugiés, dont le pic a été atteint en 2015, ces chocs ont eu des effets positifs : ils ont augmenté le PIB par habitant, ont réduit le taux de chômage, et amélioré les finances publiques.

S'il est vrai qu'ils induisent des dépenses publiques supplémentaires pour les accueillir, les accompagner ou les soigner le cas échéant, ce qu'ils rapportent en revenus supplémentaires, notamment fiscaux, compensent, parfois largement, leur coût. Cet impact globalement positif dure longtemps : parfois 3 à 7 années après leur arrivée, selon les auteurs de l'étude.

Les auteurs, mais aussi d'autres chercheurs dans d'autres études qui vont dans le même sens (notamment cette étude de Clemens,  Huang et Graham qui montre que les réfugiés peuvent être d'une immense contribution économique dans les pays dans lesquels ils s'installent)  font remarquer que plus les états investissent tôt dans l'accueil, la formation et l'accompagnement des réfugiés, meilleure sera leur intégration et leur bénéfice économique final.

 

L'Europe de mauvaise volonté

Ce qui ressort de cette étude, c'est que l'Europe peut  tout à fait se permettre d'accueillir ces demandeurs d'asile, car leur flux est quoiqu'on en dise très limité, comparé par exemple aux afflux de populations réfugiées qu'ont à supporter des pays comme le Jordanie ou le Liban.

Le Liban dont les 4 millions d'habitants ont vu affluer un million et demi de réfugiés syriens. Les conséquences de ce "choc d'immigration" ( et dans ce cas l'expression est juste) pour un petit Etat comme le Liban, sont très différentes: le taux de chômage a augmenté, la pauvreté s'est répandue, notamment à cause d'une plus grande concurrence sur le marché du travail selon le FMI, la croissance a ralenti, quand la dette du Liban s'est alourdie à 141 % du PIB. A tel point que la communauté internationale s'est engagée à soutenir l'économie libanaise, qui a supporté, à elle seule, la plus grande partie du flux de réfugiés syriens.

Rien que pour cela, constate l'un des auteurs de l'étude du CNRS, l'Europe, qui fournit un quart du PIB mondial,  devrait modérer ses discours parfois alarmistes. En parlant de "crise des réfugiés", elle accrédite le fait que leur afflux serait un danger économique, s'exonérant par là d'autres impératifs, humanitaires et moraux.

 

Par France Culture, le 17 juin 2019

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir