Main menu
Veille Europe L'actualité européenne sur l'asile et l'immigration vuepar France terre d'asile
du 1er au 15 juin 2019

Les conditions de vie des migrants en Bosnie-Herzégovine, où 8 200 personnes sont entrées depuis le début de l’année d’après le HCR, sont de plus en plus en difficiles et risquent de se dégrader encore davantage avec l’augmentation des arrivées au printemps.


Article Bosnie Are You Syrious
©Are You Syrious

Les centres de transit situés au nord-ouest du pays, à la frontière croate, et qui peuvent accueillir jusqu’à 3 500 personnes, sont saturés, obligeant des milliers de migrants à dormir dans la rue. Bien que les autorités bosniaques aient annoncé fin mai la construction d’un nouveau centre d’accueil à l’extérieur de la ville de Bihać en remplacement de deux centres existants, et pour désengorger la ville, la situation reste critique. D’après un communiqué de presse du Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, les migrants sont exposés à des risques accrus de troubles mentaux et de maladies infectieuses, notamment la rougeole. La ministre de la Santé avait également révélé mi-mai l’existence de 800 cas de gale dans les camps de transit de Bihać.

Les associations se mobilisent aux côtés de l’Organisation internationale pour les migrations pour fournir des repas, des vêtements, des tentes et des kits d’hygiène aux migrants, mais « la situation a atteint un point critique, c’est une crise humanitaire » a déclaré le Secrétaire général de la Croix-Rouge bosniaque, Rajko Lazic. L’organisation fait également état d’un suicide et de plusieurs décès dus à des incidents dans des infrastructures insalubres et des abris de fortune.

La Bosnie est une étape pour de nombreux migrants qui arrivent d’Asie et d’Afrique du Nord et qui souhaitent entrer dans l’Union européenne via la Croatie voisine. En 2018, 25 000 migrants ont transité par le pays.