Main menu
Veille Europe L'actualité européenne sur l'asile et l'immigration vuepar France terre d'asile
du 16 au 30 avril 2020

Dans le cadre d’un nouveau programme de relocalisation piloté par la Commission européenne qui devrait concerner 1 600 enfants réfugiés coincés dans des camps des îles grecques, 12 sont arrivés au Luxembourg le 15 avril et 58 autres devraient rejoindre l’Allemagne le 18.

 

Article MIE Veille

Une bibliothèque improvisée dans l’école afghane autogérée du camp de Moria, sur l’île grecque de Lesbos © Jörn Neumann

 

En mars dernier, le Premier ministre grec, Kyriákos Mitsotákis, alertait de nouveau les membres de l’Union européenne (UE) sur la « tragédie des enfants non accompagnés arrivant en Grèce », en particulier dans les camps surpeuplés des îles de la mer Égée: ces derniers accueillent plus de 42 000 demandeurs d’asile, dont environ 1 500 mineurs non accompagnés. 

 

Sous la pression des institutions européennes, d’associations et de plusieurs élus locaux, l'Allemagne a lancé le 9 mars un appel à créer une “coalition de pays volontaires” pour prendre en charge ces enfants. Aujourd’hui, 10 États membres (France, Belgique, Croatie, Bulgarie, Allemagne, Finlande, Irlande, Portugal, Luxembourg, Lituanie), ainsi que la Suisse, se disent prêts à accueillir 1 600 mineurs isolés ou gravement malades dans le cadre d’une initiative spécifique de relocalisation, en coordination avec la Commission européenne.

 

L’ouverture des frontières avec la Grèce décidée par le président turc le 28 février, puis la crise sanitaire du COVID-19, ont suspendu pour un temps l’idée de ces transferts. Toutefois, face à l’urgence de la situation, 67 ONG ont exhorté les États membres de l’UE le 3 avril à respecter immédiatement leurs engagements, tout comme le Sénat de Berlin qui a fait part de sa volonté d’accueillir de nombreux mineurs isolés dans la capitale allemande, même sans l’accord du gouvernement fédéral.

 

Les 12 premiers bénéficiaires, âgés entre 11 et 15 ans, sont finalement arrivés au Luxembourg le 15 avril – avec l’aide du Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) et de l’Organisation internationale pour les migrations – où ils seront d’abord placés en quarantaine. 58 autres enfants sont attendus le 18 avril à Osnabrück, en Allemagne, d’où ils seront transférés vers différents Länder.

Ces jeunes, identifiés sur le terrain par le Bureau européen d’appui en matière d’asile (EASO) et des ONG grecques, ne devraient donc être que les premiers d’une vaste mobilisation. Philippe Leclerc, représentant du HCR en Grèce, s’est félicité de ce premier transfert en déclarant que les « douze enfants envisagent aujourd’hui un avenir meilleur dans un nouveau pays », et soulignant que « les pays européens doivent travailler ensemble pour partager la responsabilité avec la Grèce et faire leur possible afin que tous les enfants non accompagnés soient en sécurité et pris en charge ». 

Le nombre d’enfants relocalisés demeure cependant relativement faible puisqu’environ 5 000 mineurs isolés vivent actuellement sur l’ensemble du territoire grec.

 

Voir ici notre article publié le 19/02/2020 sur les tensions dans les îles égéennes liées à la surpopulation des camps et ici notre dernier article sur la situation à la frontière gréco-turque publié le 03/04/2020.

 

Article publié le 17/04/2020

Pour recevoir notre newsletter sur l'actualité européenne tous les quinze jours, inscrivez-vous à la Veille Europe .