Main menu
Veille Europe L'actualité européenne sur l'asile et l'immigration vuepar France terre d'asile
du 16 au 30 septembre 2019

Alors que le nombre de demandes d’asile a augmenté de 130 % sur l’île entre 2018 et 2019, Chypre et le Bureau européen d’appui en matière d’asile (EASO) ont signé le 19 septembre un « accord permanent d’installation » qui vise à soutenir « l’accélération des procédures », une première pour un pays européen.

 

Chypre c Ministère de lIntérieur chypriote
© Ministère de l’Intérieur chypriote


Cet accord constitue « un pas très important vers la résolution du problème migratoire auquel Chypre est confronté » selon le ministre de l’Intérieur chypriote Constantinos Petrides. En effet, et même si le pays a déjà bénéficié de plusieurs aides ponctuelles de la part d’EASO, M. Petrides a alerté début septembre sur la saturation du système d’asile à Chypre, incapable d’absorber les 7 800 nouvelles demandes déposées depuis janvier 2019. Le pays avait alors accumulé un retard de 14 000 demandes en attente de traitement. Conformément à ce nouvel accord, une antenne d’EASO sera désormais hébergée de manière permanente sur le territoire chypriote et financera, grâce à une aide financière de 4,5 millions d’euros, la présence de 80 experts internationaux. Ceux-ci prendront part à toutes les étapes du processus d’enregistrement d’une demande d’asile, ainsi qu’à l’amélioration des conditions d’accueil dans les centres d’hébergement et à la formation du personnel sur place. À terme, cet accord devrait permettre de réduire le stock de demandes en instance de 50 % d’ici 2020, et de ramener le temps de traitement des demandes à huit mois, contre deux ans aujourd’hui.

EASO et Chypre se sont félicités de cet accord de soutien inédit, qui devrait permettre d’établir « une procédure rapide pour l’examen des demandes de protection internationale », et de « démontrer une véritable approche européenne de la gestion des pressions migratoires » selon la directrice générale d’EASO Nina Gregori. Alors que l’ensemble des hotspots européens sont aujourd’hui saturés et font l’objet de situations humanitaires inquiétantes, EASO espère pouvoir signer très prochainement des accords similaires avec l’Italie et la Grèce.