Main menu
Veille Europe L'actualité européenne sur l'asile et l'immigration vuepar France terre d'asile
du 1er au 15 avril 2020

L’opération EUNAVFOR MED IRINI, qui succède à l’opération Sophia et qui vise à faire respecter l’embargo sur les armes imposé à la Libye, a débuté le 1er avril.

 

Veille Irini

Federica Mogherini, ancienne Haute représentante de l’Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, en visite auprès du personnel de l’opération Sophia à Lampedusa en 2016 © European External Action Service 

 

Quand l’objectif principal de la précédente mission Sophia, lancée en juin 2015, était de réguler le nombre d’arrivées de personnes migrantes en Europe, celui d’Irini –  qui signifie “paix” en grec –  est de contribuer au contrôle de l’embargo sur les armes en Libye, exigé par les Nations unies pour assurer un cessez-le-feu dans le pays. D’une durée renouvelable d’un an, cette nouvelle mission militaire, qui a officiellement été approuvée par le Conseil européen le 31 mars, emploiera des moyens aériens, satellites et maritimes. Elle aura comme tâches secondaires de surveiller les exportations illicites de pétrole, de former les garde-côtes libyens et de contribuer à la “perturbation” du modèle économique des réseaux de traite et de trafic d’êtres humains par la collecte d’informations et le déploiement de patrouilles aériennes. 

 

Contrairement à l’opération Sophia, l’objectif de la mission Irini ne réside pas dans le potentiel secours en mer des personnes tentant de rejoindre l’Europe depuis la Libye. Cependant, dans le cas où les équipages des navires militaires de l’opération Irini devaient être amenés à porter secours à des personnes en détresse, leur lieu de débarquement en Europe fait débat. Lors des négociations, l’Italie a refusé catégoriquement les arrivées dans ses ports, et c’est finalement suite à l’accord de la Grèce que l’opération a pu être lancée.

 

Josep Borrell, le Haut représentant de l’Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité  a précisé qu’ « Irini n’est pas la solution, mais une partie de la solution ». Cette nouvelle opération est, selon ses dires, d’autant plus importante puisque les combats sur le sol libyen se seraient intensifiés ces derniers jours.

 

Voir ici notre dernier article sur l’arrêt de la mission Sophia publié le 21/02/2020.

Article publié le 06/04/2020

 

Pour recevoir notre newsletter sur l'actualité européenne tous les quinze jours, inscrivez-vous à la Veille Europe