Main menu
Veille Europe L'actualité européenne sur l'asile et l'immigration vuepar France terre d'asile
du 1er au 15 octobre 2020

Le 30 septembre, les 350 résidents du camp de Bira, situé dans la ville de Bihać au nord-ouest de la Bosnie et géré par l’Organisation internationale pour les migrations (OIM), ont été transférés par la police vers celui de Lipa, à 20 km plus au sud.

Article évacuation camp Bira c Abode Stock

Une opération de distribution de nourriture dans le camp de Bira, en juillet 2018

© Adobe Stock

 

Alors que toutes les personnes déplacées n’ont pas eu la possibilité de retrouver un abri, Peter Van der Auweraert, le coordinateur de l’OIM en Bosnie, a critiqué la décision « inutile et inhumaine » des autorités locales de vider le camp de Bira. Il a également rappelé que celui de Lipa, où a été placée la majorité des personnes évacuées, fermerait prochainement du fait de sa saturation, et ce malgré sa récente construction. Le campement, composé de tentes, n’est pas non plus adapté à l’hiver. Par ailleurs, en raison des mauvaises conditions d’hébergement pour les personnes migrantes en Bosnie-Herzégovine, l’OIM a fait part de son inquiétude concernant la situation humanitaire des 8 500 migrants qui se trouvent actuellement en transit dans le pays. Près de 2 500 personnes y sont contraintes de vivre dehors, en forêt, dans des bâtiments abandonnés ou des camps de fortune.

La délégation de l’Union européenne en Bosnie a réagi au démantèlement du camp, effectué en réaction aux protestations des habitants, en condamnant fermement ces « transferts forcés [qui laissent] des centaines de personnes dans des conditions climatiques difficiles, sans abri et sans accès à une assistance ». En effet, cette décision a eu des conséquences tragiques : deux migrants sont morts et 18 autres ont été blessés au cours d’affrontements survenus entre des demandeurs d’asile afghans et pakistanais lors de l’évacuation. Seulement deux jours plus tard, le ministre bosnien de la Sécurité, Selmo Cikotić, s’est opposé au maire de Bihac pour demander le retour des personnes migrantes dans le camp de Bira.

Retrouvez ici notre précédent article publié le 17/09/2020 sur la situation migratoire dans les Balkans, et notamment en Bosnie.

 

Article publié le 07/10/2020