fbpx
Main menu

Réfugiés: le HCR déplore un discours politique de "peur" en Europe

lorient le jour

Le Haut comité aux réfugiés des Nations unies (HCR) a déploré jeudi un discours politique en Europe "totalement disproportionné par rapport à la réalité" sur les questions migratoires et nourrissant "la peur".

Le nombre de demandeurs d'asile en Europe a "vraiment diminué depuis deux ans" pour retomber "plus ou moins dans la moyenne des années 2000", a affirmé Volker Türk, haut-commissaire assistant en charge de la protection au HCR, lors d'un point presse à Paris.

Or "en même temps on a eu un discours politique totalement disproportionné par rapport à la réalité" et "donnant l'impression aux Européens que des masses sont en train d'arriver", a-t-il ajouté, en déplorant que cela crée "des émotions comme la peur, qui n'aident pas à regarder de façon rationnelle les défis" à affronter.

Dans ce contexte, "c'est un miracle d'avoir pu négocier un Pacte mondial sur les réfugiés", adopté en décembre par l'Assemblée générale de l'ONU, a-t-il ajouté. Ce texte venait après un "Pacte sur les migrations" qui a déchaîné les passions, notamment en France où ses détracteurs ont joué sur la peur d'un "droit à l'immigration" alors même que les clauses ne sont pas contraignantes.

Rappelant que "plus de 84% des réfugiés" sont au "Sud, pas dans les pays industrialisés", M. Türk a souligné que l'un des objectifs du Pacte sur les réfugiés était "d'alléger la pression sur le pays d'accueil", de "renforcer l'autonomie des réfugiés".

Dans ce cadre, la réinstallation (qui consiste à aller chercher sur place un petit nombre de réfugiés pré-sélectionnés) n'est "pas une solution pour la majorité" d'entre eux, malgré son "importance" notamment pour "les plus vulnérables", a-t-il ajouté.

"On a vraiment besoin que des pays tiers s'engagent" sur ce volet, a ajouté M. Türk, en déplorant le niveau "insuffisant" des engagements de réinstallation actuels (75.000 environ, contre 100.000 en 2016).

A la veille d'une réunion avec des responsables français sur les questions d'asile, M. Türk a plaidé pour "un engagement continu sur lequel on puisse bâtir dans les années à venir".

"J'aimerais avoir de la prévisibilité pour le programme de réinstallation basé sur ce que la France a déjà fait", a-t-il ajouté, en rappelant le "rôle important" de la France qui s'est déjà engagée à accueillir 3.000 réfugiés ayant transité par le Niger ou la Tchad d'ici fin 2019.

 

L'Orient le jour par l'AFP, le 24 Janvier 2019