fbpx
Main menu

Saint-Denis : de nouveau plus de 400 migrants dans des tentes avenue Wilson

franceBleu

Deux ans et demi après les installations des premières tentes, les campements de migrants ont retrouvé une ampleur comparable à 2016 à Saint-Denis. Plus de 400 migrants sont installés avenue Wilson, selon France terre d'asile. Le maire de Saint-Denis demande leur mise à l'abri.


Des dizaines de tentes qui s'alignent sur le terre-plein centrale de l'avenue Wilson, au-dessus du tunnel de l'autoroute A1 : à Saint-Denis, les campements se sont reformés depuis le mois d'octobre. Comme France Bleu Paris le révélait vendredi, le nombre de migrants à la rue explose à nouveau à Paris et en petite couronne. 2000 migrants dorment actuellement dans les rues, selon un décompte de France terre d'asile, effectué la semaine dernière. Et selon ce décompte, plus de 400 d'entre eux se trouvent à Saint-Denis, avenue Wilson.


Autant de migrants que fin 2016

"On revient à la situation de départ de fin 2016, on fait ce qu'on peut mais ce n'est pas satisfaisant" estime Jean-Jacques Clément, membre du collectif "solidarité migrants Wilson", qui vient en aide à ces migrants essentiellement originaires de la corne de l'Afrique, à Saint-Denis.
Le collectif, fondé en 2016, après l'installation des premières tentes, a déjà assisté à trois évacuations de l'avenue, en deux ans. Depuis octobre, le camp s'est reformé. Et depuis début janvier, une centaine de migrants sont venus grossir les rangs de ceux déjà installés ici depuis quelques semaines.


Des toilettes installées à proximité des tentes

Alors le collectif tente d'améliorer le quotidien. Il a obtenu l'installation de deux cabines de toilettes et d'urinoirs sur les trottoirs aux abords des campements. Mais il y a quelques jours, l'eau de deux robinets publics a été coupée. "Le besoin élémentaire ! Ne pas laisser d'eau à des gens qui sont dans la précarité de la précarité, c'est insensé!"


Le maire demande une mise à l'abri

Ce mardi, l'eau a été rétabli. "Elle est revenue, parce qu'on a beaucoup appelé les élus" explique Jean-Jacques Clément. Chaque mardi, le collectif assure aussi la distribution de repas.
Le maire de Saint-Denis, Laurent Russier (PCF), a écrit vendredi à Emmanuel Macron et aux ministres concernés pour demander une mise à l'abri des migrants de l'avenue Wilson.


France Bleu par Rémi Brancato, le 16 janvier 2019