Main menu

« Je suis avec eux », manifeste photographique pour les réfugiés

orientxxi

Le 27 août dernier, les journaux annoncent la mort de plusieurs dizaines de migrants, asphyxiés dans un camion frigorifique sur une route autrichienne. Choquée par le comptage approximatif de ces morts tragiques — entre 20 et 70, déclare-t-on, comme si cela ne faisait aucune différence —, la photographe Anne A-R se jure de briser l’image d’une masse indistincte de réfugiés. « Je me suis dit qu’à un moment, il allait falloir les regarder un par un », se souvient-elle. Ainsi est né son projet, « I am with them » (« Je suis avec eux »).
Le 12 octobre, elle est en Grèce avec le producteur libanais Elie Lamah pour suivre les réfugiés qui tentent de rejoindre le nord de l’Europe. Pendant trente jours, ils vont tenter de restituer quotidiennement, sur les réseaux sociaux, les visages et les histoires de celles et ceux dont les médias ne « couvrent » que la souffrance et la misère déshumanisantes. Pour « leur rendre leur dignité et retrouver la nôtre », dit-elle.

1

Abd Al Rahman au camp de Moria (Grèce), le 11 octobre 2015
J’ai 12 ans. Je viens de Deir ez-Zor en Syrie. Je suis avec mon frère Kousay qui a 23 ans.
On va en Allemagne pour fuir les bombes. Tout le monde nous bombarde. La Russie, Bachar, les Américains, Daesh…Tout le monde.

La guerre me fait trop peur et en plus Daesh fait la loi à Deir ez-Zor. Par exemple, au moment de l’appel à la prière, personne n’a le droit de sortir, les rues doivent être vides tout de suite. Tout le monde doit prier.

Celui qui ne prie pas, ils lui coupent la tête.

Celui qui dit un gros mot, même sans faire attention, ils lui coupent la tête.

Celui qui fume une cigarette, ils lui coupent la tête.

Je rêve que Bachar perde. Je rêve que Daesh perde.

Pour vivre une belle vie, en Syrie, avoir plein d’enfants et devenir médecin.

 

Pour voir le visionner la suite du photoreportage cliquer ici

 

ANNE A-R, ORIENT XXI, 24/11/2015

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir