Main menu

Éclairage

Le parcours vers l'autonomie

L’enjeu

Malgré des parcours de vie qui les ont souvent faits grandir trop vite, lorsqu’ils entrent dans le dispositif de protection de l’enfance, les MIE, comme tous les adolescents, ont besoin du soutien des adultes. L’équipe socio-éducative qui les accompagne dispose seulement du temps de leur prise en charge pour apprendre à ces jeunes à devenir autonomes et ce, à tous les niveaux. À l’âge adulte, ils devront être indépendants et subvenir à leurs besoins.

L’autonomisation s’acquiert en général de manière progressive, et se transmet des parents à l’enfant. Ce n’est pas le cas pour les MIE : en l’absence de représentant légal sur le territoire, les éducateurs remplissent ce rôle tout en étant soumis à une contrainte de temps. Plus la prise en charge du jeune par l’ASE est courte, plus le processus d’autonomisation s’accélère, ce qui n’est pas forcément évident pour le jeune, qui doit s’intégrer dans un nouveau pays en un temps record.

Les étapes de l’autonomisation

À France terre d’asile, ce sont les intervenants sociaux qui enseignent au jeune comment gérer son quotidien. L’autonomie s’acquiert sur différents points :

  • Au niveau financier, le MIE doit savoir tenir un budget. Il perçoit en effet plusieurs ressources (salaire lié à un contrat en apprentissage et aides de l’Etat) et possède donc une carte bleue et un chéquier. Il apprend ainsi à lire une facture, faire les courses seul, prendre un rendez-vous médical et bénéficier de la couverture maladie universelle (PUMA).
  • Au niveau de l’hébergement, le jeune gagne en autonomie de manière progressive. Au départ pris en charge dans une structure d’accueil collectif, il peut ensuite être placé en appartement, à condition d’être suffisamment autonome (savoir cuisiner, se lever le matin pour aller en cours et respecter les règles d’hygiène élémentaires). A sa majorité, il sera orienté vers un hébergement de droit commun, généralement, en foyer de jeunes travailleurs.
  • Au niveau socioculturel, le jeune est sensibilisé aux codes de la vie en société, à travers des ateliers socioéducatifs et des visites culturelles et de loisirs.
  • Au niveau administratif, le jeune est accompagné dans ses démarches, notamment de régularisation, pour gagner dans le futur en autonomie