Main menu
Éclairage

La prise en charge par l'Aide sociale à l'enfance

L’enjeu

Une fois reconnu mineur, le jeune relève du dispositif de droit commun de la protection de l’enfance, mission dévolue au service de l’Aide sociale à l’enfance des Conseils départementaux. Dans le cadre de sa prise en charge, il bénéficie d’un accompagnement socio-éducatif et juridique jusqu’à sa majorité. Plus tôt il en bénéficiera, meilleures seront ses chances d’intégration et d’inscription dans un parcours de vie en France. Or, aujourd’hui, la majorité de ces jeunes arrivent âgés de 16 à 18 ans, ce qui raccourcit la durée d’accompagnement.

Le travail éducatif est réalisé avec les MIE en l’absence de représentant légal sur le territoire. Il s’agit d’un public vulnérable, ayant parfois traversé des épreuves traumatisantes qui l’empêchent d’avancer.
Ces jeunes doivent également intégrer un nouveau mode de vie et une nouvelle culture : la langue, la religion ou les représentations (adulte/enfant, homme/femme) diffèrent souvent de leur pays d’origine.
Enfin, ils doivent avant tout sécuriser leur devenir à la majorité. À l’inverse des adolescents français, la nécessaire régularisation à leurs 18 ans occupe une place importante dans leurs choix d’orientation.

L’accompagnement socio-éducatif

La loi du 14 mars 2016 relative à la protection de l’enfant instaure une répartition nationale des jeunes admis à l’Aide sociale à l’enfance sur l’ensemble du territoire français.
Le jeune est alors pris en charge dans une structure de protection de l’enfance classique ou dans une structure dédiée aux MIE, offrant un accompagnement spécifique à ce public.
La prise en charge d’un MIE s’articule autour de la construction d’un projet de vie. Les travailleurs sociaux l’accompagnent au quotidien en vue de favoriser son autonomie et son intégration dans la société française. Ils travaillent avec le jeune sur plusieurs éléments : la gestion du quotidien, l’autonomie, la citoyenneté et les perspectives d’insertion.
Il est également nécessaire de porter une attention particulière à la remise à niveau en français, la scolarisation, l’accompagnement juridique ou encore le suivi médical et psychologique.