Main menu
Veille Europe L'actualité européenne sur l'asile et l'immigration vuepar France terre d'asile
du 16 au 31 octobre 2020

Selon l’enquête menée par plusieurs médias, l’agence européenne de surveillance des frontières Frontex serait consciente des pratiques illégales des garde-côtes grecs et aurait même parfois été impliquée dans ces refoulements en mer.

En Bref Frontex c Abode Stock

© Adobe Stock

 

Les journalistes de l’hebdomadaire allemand Der Spiegel ont fait état d’au moins six cas de refoulements d’embarcations de demandeurs d’asile vers la Turquie depuis avril, auxquels Frontex aurait assisté sans intervenir. Le 23 octobre, l’agence européenne a annoncé sur ses réseaux sociaux qu’elle continuerait « de fournir une assistance aux frontières extérieures de la Grèce dans le cadre de son mandat et de la solidarité de l’UE, dans le respect entier des droits fondamentaux et du droit international », tout en reconnaissant avoir été en contact avec les autorités grecques concernant « plusieurs incidents en mer » ces derniers mois et l’ouverture d’une enquête interne par la Grèce.

Lors d’une interview pour le journal télévisé allemand Tagesschau le 26 octobre, Ylva Johansson, Commissaire européenne aux Affaires intérieures, a annoncé avoir demandé à Fabrice Leggeri, Directeur exécutif de Frontex, de mener une enquête sur ces accusations. La Commissaire a également rappelé l’attachement de l’Union européenne aux droits fondamentaux et la présence dans la proposition du nouveau « Pacte sur la migration et l’asile » d’une législation garantissant la mise en place par chaque État membre d’un mécanisme de contrôle aux frontières indépendant pour lutter contre les refoulements.

Frontex a déclaré le 27 octobre l’ouverture d’une enquête interne concernant ces « incidents suspects » révélés dans la presse. Néanmoins, l’Agence a indiqué ne pas avoir trouvé de preuves attestant de « violations de la loi ou du code de conduite de Frontex ». Le 28 octobre, la Commission européenne a convoqué une réunion extraordinaire du Conseil d'administration de Frontex pour le 10 novembre, afin de « discuter des refoulements présumés en Grèce et de la protection des droits fondamentaux ».  

 

Article publié le 27/10, mis à jour le 29/10/2020