Main menu
Veille Europe L'actualité européenne sur l'asile et l'immigration vuepar France terre d'asile
16 au 31 mars 2019

« Les ports ont été et restent FERMÉS » a déclaré le ministre de l’Intérieur italien Matteo Salvini sur Twitter le 18 mars. Il réaffirme ainsi que l’Italie n’entend pas laisser débarquer les migrants secourus par les ONG au large de la Libye dans les ports du pays.

 Italie la fermeture des ports réaffirmée par Matteo Salvini©UNHCR

 

Le même jour, le ministère de l’Intérieur a publié une directive de huit pages rappelant que les lois en vigueur sur les opérations de sauvetage ne permettent pas aux navires secourant les migrants dans des zones de la Méditerranée sous responsabilité libyenne de débarquer dans les ports italiens. Ce rappel à l’ordre contre les ONG humanitaires est intervenu alors que le « Mare Jonio » affrété par le Collectif Mediterranea venait de recueillir 49 migrants, dont 12 mineurs, au large des côtes libyennes. Les autorités italiennes ont mis pendant huit jours le navire sous séquestre pour aide à l’immigration clandestine. Il a repris la route vers sa zone de sauvetage le 28 mars.

Suite à cette controverse, la Commission européenne a renouvelé son appel aux États membres pour trouver une solution aux débarquements, alors que 282 personnes ont déjà péri en Méditerranée depuis le début de l’année. L’Union européenne a annoncé par ailleurs envisager le prolongement  de six mois l’opération Sophia en Méditerranée mais en la limitant à des patrouilles aériennes et à la formation des gardes-côtes libyens. Le mandat actuel de l’opération lancée en 2015 arrive à terme le 31 mars et avait déjà été prolongé de trois en mois en décembre 2018.  

En parallèle de cette affaire, le Sénat italien a bloqué la tenue d'un procès contre le ministre de l'Intérieur, accusé de séquestration de personnes pour avoir interdit plusieurs jours en août le débarquement de dizaines de migrants.