Main menu

25,9 millions de réfugiés dans le monde, « un record » selon le nouveau rapport de l’OIM

Type: Actualités européennes

Dans son dernier rapport sur les migrations dans le monde paru le 27 novembre, l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) affirme que si le nombre de personnes migrantes, et notamment de réfugiés, a augmenté depuis 2017, il ne constitue pourtant que 3,5 % de la population mondiale.

 

Article OIM c OIM
© OIM

 

Fin 2018, l’OIM a dénombré plus de 272 millions de migrants dans le monde, soit toutes les personnes qui s’éloignent de leur lieu de résidence habituelle, ce qui correspond à une augmentation de 0,1 % par rapport à l’année 2017. Parmi eux, 30 % vivent en Europe, ce qui en fait le deuxième continent d’accueil après l’Asie. Si les deux tiers de ces personnes ont émigré pour des raisons professionnelles, l’organisation établit néanmoins un lien étroit entre l’augmentation du nombre de migrants et « l’instabilité du monde actuel ».

Rappelant les conflits et violences en cours en Syrie, au Yémen ou encore au Soudan du Sud, l’OIM évalue à 41,3 millions le nombre de personnes qui ont été forcées de fuir leur foyer à la fin de l’année 2018, un « record depuis 1998 » et la mise en place de statistiques internationales. Le nombre de réfugiés statutaires au titre de la Convention de Genève de 1951 est quant à lui passé de 14 à 25,9 millions entre 2000 et 2018, les deux tiers d’entre eux étant originaires de Syrie (6,7 millions), d’Afghanistan (2,7 millions) et du Soudan du Sud (2,3 millions). La Turquie demeure leur premier pays d’accueil à l’échelle mondiale (3,6 millions), tandis que l’Allemagne s’inscrit au cinquième rang mondial (1,1 millions) et au premier rang à l’échelle européenne, suivie par la France et la Suède.

À l’heure où les « positions anti-migrants » se font de plus en plus audibles en Europe, ce rapport répond à la mission que se donne les Nations unies « de démystifier la complexité et la diversité de la mobilité humaine » et de « donner un sens [à ses] caractéristiques fondamentales dans cette période d’incertitude croissante », a déclaré le Directeur général Antonio Vitorino de l’OIM aux représentants des États membres de l’organisation.

 

Article publié le 29/11/2019