Main menu
Veille Europe L'actualité européenne sur l'asile et l'immigration vuepar France terre d'asile
du 16 au 30 novembre 2020

Le Plan d’action en faveur de l’intégration et de l’inclusion pour la période 2021-2027, présenté par la Commission européenne le 24 novembre 2020, entend notamment s’attaquer aux défis de l’accès à l’emploi, à l’éducation, aux soins et au logement.
Plan daction pour lintégration et linclusion c Margaritis Schinas

© European Parliament

 

Pour la Commission européenne, ce nouveau plan vise à favoriser la cohésion sociale au sein de l’UE et à construire des sociétés plus inclusives. Ylva Johansson, Commissaire européenne aux Affaires intérieures, rappelle ainsi que l’intégration nécessite des efforts des migrants eux-mêmes mais également des sociétés qui les accueillent : « tout le monde a un rôle à jouer pour rendre nos sociétés cohésives et prospères ». Le Plan complète le nouveau Pacte européen sur la migration et l’asile présenté le 23 septembre, et repose sur les enseignements tirés du précédent Plan d’action pour l’intégration des ressortissants de pays tiers adopté en 2016.

Ce nouveau Plan met l’accent sur quatre axes essentiels pour permettre une intégration réussie. En matière d’éducation et de formations inclusives, il insiste sur la nécessité de faciliter la reconnaissance des qualifications et l’apprentissage continu des langues. En outre, afin de soutenir l’intégration des migrants sur le marché du travail, et en particulier des femmes, la Commission compte renforcer sa collaboration avec les partenaires socioéconomiques et les employeurs tout en facilitant la reconnaissance de leurs compétences. Concernant l’accès aux soins de santé, y compris aux soins en santé mentale, le Plan vise à faciliter l’accès à l’information sur les droits des migrants et à renforcer les échanges de bonnes pratiques entre États membres. Enfin, l’accès à un logement adéquat et abordable sera financé par plusieurs fonds européens, notamment pour lutter contre les discriminations sur le marché du logement.

La Commission européenne entend mettre en œuvre ces actions en mobilisant les financements du prochain cadre financier pluriannuel pour la période 2021–2027 ainsi qu’en renforçant les partenariats avec l’ensemble des parties prenantes, y compris les autorités locales et les migrants. À ce titre, le plan vise en outre à encourager et promouvoir la participation active des personnes migrantes à la conception et mise en œuvre des programmes d’intégration qui les concernent. Ce dernier tient notamment compte des recommandations formulées par les 24 membres du « groupe d’experts sur les avis de migrants », créé à l’initiative de la Commission, qui s’est réuni pour la première fois le 12 novembre en amont de la présentation du Plan. Afin de garantir le suivi de la mise en œuvre des actions prévues dans le cadre du Plan, une plateforme interactive en ligne sera développée sur le site du portail européen sur l’intégration. L’Agence des droits fondamentaux de l'UE va également mener d'ici 2022 une étude sur l’origine des migrants pour évaluer « l'ampleur et la nature des discriminations subies ».

Si les ONG ont globalement salué ce nouveau Plan, d’autres s’interrogent sur le manque de mesures juridiquement contraignantes et le manque d’engagements concrets de la part de la Commission. Malgré les actions annoncées et les financements alloués aux États membres, la politique d’intégration relève avant tout de la compétence des gouvernements nationaux. 

 

Article publié le 27/11/2020