Main menu
Veille Europe L'actualité européenne sur l'asile et l'immigration vuepar France terre d'asile
du 16 au 30 juin 2020

108 personnes sont arrivées sur l’île de Lesbos depuis le début du mois de juin, alors que les garde-côtes grecs sont mis en cause dans plusieurs affaires de « push-backs » en mer Égée.

 

 

Article situation Grèce c adamansel52

© adamansel52

 

Dans la nuit du 13 au 14 juin, 36 personnes originaires d’Iran et d’Afghanistan et en provenance de Turquie ont été secourues par des garde-côtes grecs alors qu’elles dérivaient depuis 14 heures à bord d’une embarcation au large de l’île de Lesbos, en mer Égée. Il s’agit du troisième bateau à tenter la traversée à partir des côtes turques en quinze jours.

 

Ces arrivées interviennent dans un contexte de diminution des entrées dans le pays depuis mars 2020. Alors que 2 602 personnes étaient arrivées irrégulièrement en Grèce via la Turquie pendant le mois de mars (voies maritimes et terrestres comprises), seules 78 personnes ont atteint la Grèce en avril et 288 en mai, selon les données du Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR). Au total, le nombre d’entrées en Grèce entre janvier et juin 2020 a diminué de près de 30 % par rapport à la même période en 2019.

 

Outre les restrictions induites par la pandémie de COVID-19, ce faible nombre d’arrivées peut s’expliquer par les pratiques parfois violentes de refoulement en mer d’embarcations menées par des garde-côtes grecs : l’ONG Alarm Phone déclare ainsi avoir recensé 18 cas de refoulements entre le mois de mars et le milieu du mois de mai, en violation du droit européen et international. Face à ces pratiques de plus en plus fréquentes, le HCR et l’Organisation internationale pour les migrations ont chacune appelé le gouvernement hellénique à respecter les droits fondamentaux et la sécurité des personnes migrantes et à stopper les expulsions collectives et les refoulements violents de migrants de la Grèce vers la Turquie.

 

Le gouvernement grec a récemment durci ses politiques envers les demandeurs d’asile et réfugiés dans le pays. En mars, il avait ainsi décidé que la période pendant laquelle les réfugiés ont droit à un hébergement serait limitée à 30 jours, alors qu’elle était auparavant de six mois. De même, alors que le confinement a été levé depuis la fin du mois de mai pour le reste de la population, il reste en vigueur au moins jusqu’au 21 juin pour les camps de demandeurs d’asile de la mer Égée – dans lesquelles vivent actuellement 33 000 personnes pour 5 400 places – ainsi que dans les camps sur le continent, ou vivent 70 000 personnes. 

 

Voir ici notre dernier article sur le durcissement de la politique migratoire grecque, publié le 26/05/2020

 

Article publié le 16/06/2020