Main menu

Allemagne : de fortes inégalités régionales constatées dans l’octroi de l’asile

Thématique : Actualités nationales

Selon une information du média allemand ARD publiée le 19 octobre, le taux de reconnaissance du statut de réfugié diverge – parfois fortement – entre les Länder, en particulier pour certaines nationalités.

 

Allemagne c Adobe Stock min

© Adobe Stock

D’après des chiffres du ministère fédéral de l’Intérieur donnés en réponse à une question du parti de gauche Die Linke, et repris par l’ARD, le taux d’octroi de la protection internationale était, pour la première moitié de l’année 2019, plus de 10 % inférieur au taux moyen fédéral dans 22 bureaux régionaux de l’Office fédéral pour la migration et les réfugiés (BAMF).

C’est dans l’Est de l’Allemagne et en Bavière que cette différence serait la plus flagrante. Par exemple, le taux de reconnaissance moyen pour les demandeurs d’asile somaliens était, sur cette période, de 67,3% au niveau fédéral, contre respectivement 46,9% et 48,8% dans les antennes bavaroises du BAMF de Zindorf Süd et Schweinfurt. Cet écart dans le taux de reconnaissance concerne aussi particulièrement les demandeurs d’asile turcs, irakiens, afghans et iraniens.

Le ministère de l’Intérieur a quant à lui indiqué que les bureaux régionaux du BAMF qui s’écartaient du taux de reconnaissance fédéral moyen feraient l’objet d’un double contrôle, mais que les différences observées pouvaient s’expliquer par des raisons « compréhensibles », notamment pour les demandeurs d’asile de nationalité turque. Parmi eux, les personnes kurdes, plus susceptibles d’obtenir le statut, seraient plus nombreuses à déposer une demande de protection dans certains Länder. Non satisfaite de cette réponse, Ulla Jelpke, députée du parti Die Linke au Bundestag, a affirmé qu’il existait « d’importantes défaillances » dans certaines branches régionales du BAMF, portant atteinte au principe d’égale opportunité entre demandeurs d’asile.

En plus d’un taux d’accord plus bas que la moyenne fédérale, la situation dans les « AnkER-Zentren » bavarois, au sein desquels les demandeurs d’asiles sont hébergés tout au long de leur procédure, jusqu’à leur renvoi en cas de rejet de leur demande, est particulièrement critiquée. L’ONG Médecins du Monde a annoncé qu’elle cesserait ses activités au sein du centre de Manching-Ingolstadt à partir de la fin du mois d’octobre, dénonçant les conditions de vie insalubres des personnes hébergées.

Article publié le 28/10/2019