Main menu
Veille Europe L'actualité européenne sur l'asile et l'immigration vuepar France terre d'asile
du 1er au 15 août 2020

Alors que les tentatives de traversées de la Manche ont augmenté ces derniers mois, les autorités britanniques comptent sur la France pour stopper les demandeurs d’asile avant qu’ils n’atteignent les côtes anglaises.

Article Manche c Crown Copyright 2014
Un hélicoptère de la Royal Navy (marine nationale britannique)

© Crown Copyright 2014

 

Depuis le 1er août, les responsables politiques britanniques ont multiplié les déclarations critiques vis-à-vis du gouvernement français, dénonçant le « laxisme » de sa politique migratoire et jugeant « inacceptable » le nombre de traversées à bord de petites embarcations depuis les côtes françaises.

C’est dans ce contexte que le gouvernement britannique a nommé, le 9 août, un ancien officier de la Royal Marine, Dan O’Mahoney, au nouveau poste de « Commandant en charge du risque clandestin dans la Manche ». Il dirigera une unité militaire d’intervention chargée de rendre la zone « impraticable » pour les migrants ; un objectif énoncé le 7 août par la Secrétaire d’État à l’Intérieur britannique, Priti Patel. Natacha Bouchart, la maire de Calais, a dénoncé cette nomination qu’elle considère comme « une déclaration de guerre maritime » et a appelé le Royaume-Uni à revoir son dispositif d’accueil des demandeurs d’asile.

En outre, le Sous-secrétaire d’État britannique en charge de l’immigration, Chris Philp, s’est rendu à Paris le 11 août pour inciter les autorités françaises à renforcer les contrôles et déjouer les tentatives de traversées de la Manche. Selon les chiffres de l’agence de presse britannique Press Association (PA), plus de 4 100 personnes seraient arrivées en Grande-Bretagne par la Manche depuis le début de l’année, dont près de 650 pendant le seul mois d’août.

Les deux gouvernements ont aussi annoncé travailler sur un « nouveau plan opérationnel commun » dans ce but. Chris Philp a toutefois ajouté qu’il était « trop tôt pour se prononcer sur des engagements financiers entre Paris et Londres » et n’a pas précisé les modalités concrètes de cet accord.      

Voir ici notre article publié le 16/07/2020 sur la création d’une cellule de renseignement franco-britannique pour lutter contre les passeurs dans la Manche.

 

Article publié le 13/08/2020