Main menu
Veille Europe L'actualité européenne sur l'asile et l'immigration vuepar France terre d'asile
du 1er au 15 mai 2019

Lors d'une rencontre le 3 mai avec Josep Borrell, le ministre espagnol des Affaires étrangères, le président libanais Michel Aoun a exprimé l'espoir d'un changement dans la position européenne sur le retour des réfugiés en Syrie.

 

Photo Liban Banque mondiale compressée© Banque mondiale

 

Alors que l’Union européenne a déclaré vouloir attendre une solution politique à la crise syrienne avant d’envisager le retour des réfugiés, Michel Aoun a menacé de collaborer avec les autorités de Damas pour l’organiser. Le 9 mai, à l’occasion d’une réunion avec une délégation du Conseil des Églises au Moyen-Orient, il a estimé que « le Liban cesserait d’exister si les nombreux réfugiés palestiniens et syriens présents actuellement dans le pays devaient y rester indéfiniment ».

D’après la Commission européenne, le Liban a accueilli 1,5 millions de Syriens et réfugiés palestiniens de Syrie depuis 2011, représentant 30 % de la population libanaise, soit la plus forte concentration de réfugiés par habitant dans le monde.