fbpx
Main menu
Veille Europe L'actualité européenne sur l'asile et l'immigration vuepar France terre d'asile
du 16 au 31 octobre 2020

2 602 migrants ont débarqué sur l’archipel espagnol entre le 17 et le 24 octobre, soit presque autant que les 2 698 arrivées recensées en 2019. Le système d’accueil de ces îles, inadapté à un tel afflux, est actuellement saturé.

Iles Canaries c Noborder Network

© Noborder Network

 

L’augmentation de la capacité d’hébergement de l’archipel, passée de 70 places en 2019 à 3 500 actuellement avec l’ouverture de nouveaux centres et la réquisition de chambres d’hôtels, est insuffisante pour faire face à la hausse du nombre d'arrivées. Le 23 octobre, près de 400 migrants dormaient dehors à même le sol au port d’Arguineguin, sur l’île de Grande Canarie, du fait du manque de places disponibles dans les installations provisoires déployées par la Croix-Rouge et les structures d’accueil. Cette situation exaspère les autorités locales : « nous sommes 27 États, les Îles Canaries ne peuvent pas accueillir toute l'immigration qui arrive », a ainsi déclaré Ángel Víctor Torres, le président des Îles Canaries, au quotidien El País. Face à l’urgence, Ylva Johansson, la Commissaire européenne aux Affaires intérieures, a annoncé qu’elle se rendra sur place le 6 novembre aux côtés de Fernando Grande-Marlaska, ministre de l’Intérieur espagnol.

Manque de coordination entre les ministères et les autorités locales, manque de fonds, lenteur de la procédure d’asile… Selon le quotidien El País, cette situation met en lumière les carences de la politique migratoire du gouvernement espagnol. Une mauvaise gestion à laquelle s’ajoute le contexte de pandémie, qui a poussé le gouvernement à interrompre les transferts des nouveaux arrivants vers les centres d’accueil sur le continent, dont certains disposent pourtant de 40 % de places vacantes. Les autorités espagnoles sont également mises en cause pour avoir séparé, parfois pendant plusieurs mois, des enfants de leurs parents à leur arrivée sur les îles dans l’attente qu’un test ADN établisse le lien de filiation. Le Procureur général des Îles Canaries a ordonné, le 28 octobre, la fin de cette pratique.

Selon les chiffres du ministère de l’Intérieur espagnol, 8 102 personnes sont arrivées irrégulièrement sur les côtes des Îles Canaries entre le 1er janvier et le 15 octobre 2020. Un chiffre record depuis la « crise des cayucos » en 2006, qui avait vu l’arrivée de 31 000 migrants sur l’archipel. Cette traversée de l’Atlantique, particulièrement dangereuse, se fait majoritairement depuis le Sénégal et attire une jeunesse désœuvrée, frappée de plein fouet par la pandémie de Covid-19. Près de 140 personnes ont perdu la vie, le 23 octobre, dans un naufrage au large des côtes sénégalaises, soit le drame « le plus meurtrier en 2020 » selon l’Organisation internationale pour les migrations.

 

Voir ici notre article publié le 09/09/2020 sur l’accueil des migrants dans l’enclave de Melilla et sur les îles Canaries.

Article publié le 29/10/2020, mis à jour le 30/20/2020