fbpx
Main menu

Italie : Salvini signe une nouvelle directive contre les navires humanitaires

Thématique : Actualités nationales

Mardi 16 avril, le ministre de l’Intérieur italien Matteo Salvini a signé une nouvelle directive qui exhorte les navires humanitaires à respecter les directives des garde-côtes libyens, c'est-à-dire à faire systématiquement débarquer les rescapés de Méditerranée en Libye, comme prévu par une décision de l’Union européenne.

 Italie Salvini signe une nouvelle directive contre les navires humanitaires© Flickr/ US Navy

 

Cette directive italienne s’adresse particulièrement au bateau Mare Jonio - placé une semaine sous séquestre en mars dans le cadre d’une enquête pour « aide à l’immigration clandestine » -  et aux navires humanitaires qui refusent de débarquer les personnes secourues dans un port qui ne serait pas sûr pour eux. La directive intime aux navires de « respecter les prérogatives de coordination des autorités étrangères légitimement en charge des secours ». Matteo Salvini a menacé de sanctionner les ONG qui ne respecteraient pas cette directive. L’association Mediterranea a réagi sur Twitter, affirmant que demander aux associations de ramener les migrants en Libye « [serait] une incitation au crime. »

Depuis la reprise des combats en Libye, le ministre de l’Intérieur italien craint que parmi les migrants secourus en mer se trouvent des terroristes islamistes : « la pénétration de terroristes islamistes n'est plus un risque, mais une certitude: il est donc de mon devoir de répéter que l'accostage n'est pas autorisé sur les côtes italiennes. » a-t-il déclaré dans une interview. L’Italie a par la suite demandé à l’UE de préparer un plan d'action pour gérer la nouvelle vague de migrants fuyant le conflit armé en Libye, mais pour la Commission européenne, c’est aux États membres que cette demande devrait être adressée. 

Dans le même temps, le 18 avril, le maire de Palerme, Leoluca Orlando, a annoncé lors d’une conférence de presse commune avec la porte-parole et les avocats du collectif Mediterranea qui affrète le Mare Jonio qu’il déposerait une plainte devant la Cour internationale de Justice contre les politiques migratoires de Matteo Salvini, ajoutant que la stabilité démocratique du pays était « en péril ».