fbpx
Main menu

La Turquie suspend l’accord de réadmission avec l’UE

Thématique : En bref

Le ministre des Affaires étrangères turc, Mevlüt Cavusoglu, a annoncé le 22 juillet que la Turquie suspendait le volet réadmission inclus dans la déclaration avec l’UE du 18 mars 2016.

 

Photo Article Turquie c European Union 2016 European Parliament
© European Union 2016 - European Parliament



Pour Ankara, l’UE n’a pas tenu ses promesses. La déclaration prévoyait que tous les migrants en situation irrégulière qui partent de Turquie pour gagner les îles grecques seraient renvoyés en Turquie et que pour chaque Syrien renvoyé en Turquie au départ de ces îles, un autre serait réinstallé dans un État membre de l’UE. En échange, l’UE s’était engagée à débloquer un total de 6 milliards d’euros pour aider le pays dans l’accueil des réfugiés, à relancer le processus d’adhésion et à mettre en place une procédure de libéralisation des visas pour les ressortissants turcs souhaitant entrer dans l’UE. Le fait que cette dernière mesure n’ait jamais été effective est à l’origine du refus de la Turquie de continuer d’appliquer la déclaration de 2016. Cette suspension fait également suite à l’annonce de sanctions européennes contre la Turquie en réaction aux activités gazières menées par le pays au large de Chypre. Quelques jours auparavant, le 19 juillet, la Commission européenne avait pourtant adopté une nouvelle série de mesures d’aide d’un montant de 1,41 milliard d’euros – sur l’enveloppe de 6 milliards promise en 2016, pour « garantir la poursuite du soutien de l’UE aux réfugiés et aux communautés d’accueil en Turquie. »

Si le nombre d’arrivées en Grèce a largement baissé depuis 2016, passant d’une moyenne de 1 683 personnes par jour avant mars 2016 à 89 en 2018, le nombre de réadmissions de la Grèce vers la Turquie est resté très faible : seules 1 806 personnes ont été concernées entre mars 2016 et décembre 2018.