fbpx
Main menu

Danemark : vers une volte-face sur l’immigration ?

Thématique : Actualités nationales

Au moment où la cheffe d’État danoise a été contrainte de modérer sa politique migratoire, la Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) a jugé illégal le refus du Danemark de faire venir la femme d’un ressortissant turc dans le cadre d’une procédure de réunification familiale.

 

Article Danemark c Arbeiderpartiet© Arbeiderpartiet
La Première ministre Mette Frederiksen en 2017

 

Jusqu’en 2018, la législation danoise prévoyait la possibilité de refuser la réunification familiale aux personnes immigrées si les autorités estimaient qu’elles avaient des liens plus solides avec leurs pays d’origine qu’avec le Danemark. La décision de la CJUE du 10 juillet rend cette clause « d’association » illégale, jugeant le refus « injustifié ». L’affaire pourrait entrainer la réouverture de milliers de dossiers de demande de réunification familiale qui avaient fait l’objet d’un refus avant le retrait de cette clause. Environ 8 000 autres couples turcs se seraient vu refuser la réunification familiale au Danemark entre 2003 et 2018.

Cette décision intervient dans un contexte où, après des semaines de négociations, la nouvelle Première ministre Mette Frederiksen est parvenue à former un gouvernement avec trois partis de  gauche et de centre-gauche, en contrepartie d’un assouplissement de la politique migratoire: réouverture de places pour la réinstallation, amélioration des « conditions » pour les familles des demandeurs d’asile déboutés, obtention facilité d’un titre de séjour salarié, extension de l’éducation supérieure gratuite aux personnes bénéficiant de la protection subsidiaire… Le plan qui prévoyait d’héberger des demandeurs d’asile déboutés sur une île déserte de la mer Baltique a quant à lui été abandonné.

Malgré ces mesures, Mette Frederiksen, qui avait présenté l’année dernière un projet de réforme pour renvoyer les migrants « non-occidentaux » dans des camps sous supervision de l’ONU, a annoncé qu’il était « possible de mener une politique d’immigration sévère, tout en le faisant de façon intelligente ».