Main menu

À LIRE : Réfugiés et apatrides - Administrer l'asile en France

Alors que les questions d’asile restent d’une brûlante actualité, le Comité d’histoire de l’Ofpra publie un ouvrage collectif sur la façon dont la France et les pays d’Europe, sous l’égide de la Société des Nations puis des Nations-Unies ont mis en place, de la Première guerre mondiale à la guerre froide, les instruments de la protection internationale des réfugiés et des apatrides et, sur cette base, une administration de l’asile.

couverture livre ofpra

Les auteurs ont choisi d’étudier cette administration en revenant sur la façon dont, devant une crise majeure provoquée par la dislocation des Empires et la création d’Etats nations, ont été mis en place des statuts et des institutions pour trouver des solutions à une nouvelle réalité : l’exil et la perte de protection pour des millions de personnes. Cette administration d’un nouveau type mobilise des organisations internationales, des instances nationales comme l’Ofpra, des ONG et des acteurs individuels, souvent réfugiés eux-mêmes. Il s’agit donc d’une histoire institutionnelle qui est en même temps une sociohistoire des acteurs et des pratiques et une contribution à l’histoire de la France et de l’Europe insérées dans le monde.

Les différentes contributions réunies ici apportent, souvent à partir d’archives inédites, des informations et des analyses nouvelles sur une période cruciale, très précieuses dans le contexte qui est le nôtre aujourd’hui. Ils revisitent certaines idées reçues et montrent comment ont émergé la distinction entre asile et immigration ainsi que des catégories comme celle de réfugié ou d’apatride. Ils nous permettent aussi de mieux appréhender ce qui se joue au Proche Orient, dans cet espace que la dislocation de l’Empire Ottoman et la colonisation ont marqué durablement, avec toutes ses répercussions humaines et juridiques.

Travail pionnier, l’ouvrage pose le premier jalon d’une histoire qui reste à écrire dans sa globalité et que l’actualité rend urgente : celle des institutions et des pratiques européennes de l’asile depuis 1920, sans laquelle on ne peut pas comprendre son autre volet qu’est l’accueil et l’insertion des populations concernées dans le pays de destination. Le Comité d’histoire entend, par cette première publication, susciter davantage d’études comparatives et favoriser l’émergence d’une histoire européenne de l’asile.

 

À PARAITRE PROCHAINEMENT