Main menu

Journée internationale des droits de l'enfant

 

banniere 670x123

 

Le trentième anniversaire de la Convention internationale des droits de l’enfant a été un temps fort pour tous les services et établissements de France terre d’asile accueillant des mineurs isolés étrangers. Des ateliers ont été organisés afin que les jeunes découvrent et s’approprient leurs droits fondamentaux. Les nombreux moments conviviaux qui en ont résulté ont permis des échanges didactiques et encouragé les jeunes à prendre la parole.


« Parce que tu n’es pas encore grand, tu as le droit d’être aimé, d’être protégé, d’être éduqué. Cette
journée est là pour que ces droits soient respectés et que tous les enfants puissent grandir en paix
»,
jeune MIE accueillie à Paris.

 

Plusieurs centres ont choisi l’art pour engager le dialogue sur les droits de l’enfant. Les mineurs de l’établissement d’autonomie de Saint-Omer ont réalisé des collages et des peintures, se sont initiés à l’écriture et à la photographie, avant de voir leurs œuvres exposées dans les locaux du centre autour d’un goûter. L’atelier peinture a rencontré un franc succès chez les jeunes de la mise à l’abri de Saint-Omer, qui ont continué de nous impressionner avec leur démonstration de danses traditionnelles.

 

St Omer MAA min

Saint-Omer – mise à l’abri

Paris 3 min

Paris – Archereau

 
 

À Paris également, les jeunes ont fait preuve d’une grande créativité : ceux de la Villa Saint-Michel ont confectionné des pancartes qu’ils ont présentées avec beaucoup d’enthousiasme à la grande journée de restitution des travaux des établissements parisiens autour des 30 ans de la CIDE, en présence des autres jeunes, équipes et partenaires de France terre d’asile. Cet événement commun fut également l’occasion d’exposer les fresques réalisées au sein des Maisons d’accueil provisoire de Ney et du Boulevard de Strasbourg. Cet après-midi festif s’est clôturé dans la joie et l’admiration avec la projection de la vidéo que les jeunes de l’établissement d’Archereau, assistés d’un journaliste-réalisateur, ont pu concevoir, mais aussi d’exposer des livrets confectionnés dans le cadre des cours de FLE.

 

 

VSM3.bjpg min 1

Paris – Villa Saint Michel

P1060063.bjpg

Paris – Ney

 
 

À Liévin, chacun a également pu s’exprimer à travers l’art audiovisuel : dès l’été, l’établissement s’est mobilisé en organisant des cours de FLE portés sur les droits de l’enfant et des ciné-débats. Les films Fahim et Sur les chemins de l’école ont assurément inspiré les enfants, qui ont réalisé à leur tour un court-métrage pendant les vacances scolaires.

Le Service d’évaluation et de mise à l’abri de Créteil a organisé un « parcours des droits », permettant ainsi aux jeunes de rencontrer différents acteurs de l’accompagnement vers l’autonomie et l’insertion professionnelle.

D’autres centres ont choisi de partager cet événement avec des établissements scolaires. Ainsi, les jeunes de l’établissement d’Amiens ont passé la journée avec les enfants d’une école primaire. Dans la bonne humeur, ils ont esquissé quelques pas de danse et préparé ensemble un repas traditionnel qu’ils ont ensuite dégusté avant de chanter l’hymne officiel des droits de l’enfant.

 

 

Amiens.bjpg

Amiens

Créteil EVA 2

Créteil – service d’évaluation et de mise à l’abri

 

Enfin, cette date anniversaire a été prétexte à la tenue de journées portes ouvertes. Les établissements d’accompagnement vers l’autonomie de Caen ont ainsi convié les acteurs associatifs et institutionnels à échanger autour de leur travail et des droits de l’enfant.

Par ailleurs, pour la célébration du trentième anniversaire de la Convention des droits de l’enfant, France terre d’asile a donné la parole aux mineurs accueillis au sein de ses établissements.

 

 

C’est l’occasion de rappeler que la France, pays signataire de la CIDE, se doit d’accompagner et de protéger ces enfants afin de construire un parcours et une intégration réussis dans le respect de valeurs partagées.

L’année prochaine marquera le début de l’examen périodique de la bonne application par la France de la Convention, auprès du Comité des droits de l’enfant de l’ONU. Dans ce cadre, France terre d’asile rappellera ses positions visant à favoriser une protection effective des mineurs isolés étrangers.

Pour en savoir plus sur les positions de France terre d’asile pour la protection des mineurs isolés étrangers : nos positions.