Main menu

Caen. Jeunes et étrangers, ils sont bénévoles à Éclat(s) de rue

ouest france

 

Cinq jeunes majeurs étrangers, suivis par France terre d’asile, sont bénévoles depuis vendredi 30 août et jusqu’à samedi 31 août 2019 dans la soirée, pour le final de la saison d’Éclat(s) de rue, à Caen. Pour ces jeunes, qui espèrent rester en France après leur formation, donner un peu de temps gratuitement, ce n’est pas si bizarre.

 

Ils sont tout juste majeurs, arrivés en France depuis un, deux ou trois ans. Osman vient du Tchad, Moyabi de Côte d’Ivoire et Lamin de Gambie. À la rentrée, grâce au contrat jeune majeur, ils poursuivront leur formation en chaudronnerie pour, peut-être, obtenir ensuite papiers et travail en France. En attendant, ils ont donné de leur temps pour le final d’Éclat(s) de rue.

Ce sont les éducateurs de France terre d’asile qui les suivent qui leur ont soufflé l’idée. Moyabi a tout de suite marché : « C’est les vacances, alors c’est une bonne idée pour ne pas rester à la maison à ne rien faire. Je préfère faire du bénévolat, donner mon soutien. Notre mission, c’est de sécuriser le coin et de guider les personnes. » Comme deux autres jeunes étrangers et quatre autres bénévoles (en plus des 19 agents embauchés par la Ville), les trois garçons ont passé pratiquement deux jours sur la Presqu’île.

Osman est même arrivé une heure en avance samedi. Programmes en main, tee-shirt rouge sur le dos et sourire jusqu’aux oreilles, il est prêt. « Je reste là jusqu’à 22 h, mais c’est bien, les gens sont sympas et il y a les spectacles. »

 

Ouest-France, par Élodie DARDENNE, publié le 31/08/2019 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir