Main menu

Des réfugiés s'insèrent par le sport à Arras, ils ont créé un club de cricket

franceBleu

 

Chez eux on joue au cricket comme ici on joue au foot! Un sport de rue auquel s'adonnent les enfants dès leur plus jeune âge. Mais ces jeunes là ont du fuir leur pays en guerre, aujourd'hui ils sont sans repère. Un premier club de cricket a été créé à St Omer, un second les accueille à Arras.

Ils ont entre 14 et 22 ans, la plupart sont ce que l'on appelle des "mineurs isolés". Tous ont dû fuir leur pays en guerre et ont donc atterri en France. Si leur première intention était de rejoindre l'Angleterre, ils ont finalement fait le choix de rester en France et ont obtenu le statut de réfugié.

C'est comme ça qu'une vingtaine de jeunes, des Afghans pour la plupart, ont trouvé refuge à Arras. Ils sont scolarisés ou en formation mais partagent tous la même passion pour le cricket! "Dans mon pays j'ai commencé à jouer quand j'étais tout petit" se souvient Shames, 16 ans, arrivé d'Afghanistan en 2016. Aujourd'hui il est en troisième dans un collège arrageois et commence à bien maîtriser le français. "J'ai commencé à jouer au foot mais je n'y connais rien" ajoute l'adolescent.

Alors avec ses amis Afghans, réfugiés comme lui, ils ont organisé des parties de cricket dans un square d'Arras. Mais les riverains n'ont pas vu d'un bon oeil ces jeunes étrangers jouer à la balle sous leurs fenêtres. Une bénévole d'une association d'insertion a donc eu une idée: créer à Arras une section de cricket comme cela s'est déjà fait à St Omer. Louise Lestavel se rapproche alors de l'ASPTT d'Arras. En octobre 2017 les jeunes réfugiés intègrent la section Baseball du club, un an plus tard la section cricket est mise en place et intègre le calendrier sportif de la fédération.

Aujourd'hui les jeunes joueurs espèrent susciter de nouvelles vocations et initier les amateurs de la région à ce sport qui est toute leur vie. "Cette année l'équipe nationale d'Afghanistan va participer aux championnats du Monde en Grande Bretagne" se félicite Shames. 

 

Par France Bleu, Claire Mesureur, le 25 avril 2019

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir