Main menu

cp/ Appel pour la Libye

France terre d’asile et les ONG européennes, réunies au sein du Conseil européen pour les réfugiés et les exilés (ECRE), appellent les gouvernements européens et l’Union européenne à les accompagner dans leur volonté de venir en aide aux personnes fuyant la Libye.

L’Union européenne ne doit pas jouer un jeu politique cynique en protégeant ses frontières plutôt que les peuples. La violence et l’insurrection politique en Libye sont un défi pour les pays européens et l’Union européenne. La manière dont l’Europe répond à l’insurrection libyenne met à l’épreuve nos valeurs humanistes fondamentales. Assisterons-nous ceux qui fuient les violences et les émeutes en Libye, ou allons-nous fermer les frontières et regarder les gens mourir ?

Les étrangers pris au piège en Libye sont dans une situation particulièrement précaire. Avant le soulèvement, la représentation sur place du Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés avait enregistré 8 000 réfugiés, provenant de pays déchirés par la guerre, tels que l’Irak ou la Somalie. Les Libyens sont eux aussi en proie aux violences. Le destin de ces personnes dépendra aussi de leur possibilité de quitter leur pays en toute sécurité. Nombre d’entre eux se dirigent déjà vers la Tunisie, qui se débat dans ses propres difficultés économiques et politiques.  

France terre d’asile et les principales organisations membres d’ECRE appellent les gouvernements européens ainsi que l’Union européenne à se mobiliser afin de venir en aide aux personnes fuyant le chaos libyen. Par ailleurs, il est urgent que la Tunisie puisse recevoir une assistance humanitaire pour accueillir et identifier les personnes nécessitant une protection.

De même, nous ne pouvons pas demander à la Tunisie d’assumer seule la responsabilité de toutes les personnes fuyant la Libye. L’Union européenne doit agir de manière responsable et humaine, avec la Tunisie, afin de partager le plus justement possible la charge de l’accueil des réfugiés. Elle peut pour cela faire appel aux compétences des ONG européennes. Nous demandons instamment aux gouvernements et à l’Union européenne d’utiliser les outils et les ressources qui sont les leurs, en coopération avec la société civile. L’Europe a déjà répondu à de précédentes crises en offrant une protection adaptée. 

Nous pouvons et devons faire de même à présent.

Paris, cp/ France terre asile, le 25/02/2011